Les chiffres du Baccalauréat général sénégalais sont catastrophes. Organisé ce début juillet sur l'ensemble du territoire national, cet examen s'est révélé une véritable hécatombe pour la grande majorité des candidats. Les résultats n'ont pas été satisfaisants ces dernières années. Toutefois là, on est aux confins de la catastrophe.

Les chiffres parlent suffisamment d'eux-mêmes. Il faudra certes encore quelques semaines pour disposer des statistiques précises au niveau national, mais celles parcellaires en provenance de différentes régions et de la capitale Dakar donnent une idée de la réalité et…de la gravité. Sans risque de se tromper, on peut bien dire que la traversée du Bac, nom également donné à des embarcations pour faire traverser passagers et bagages certaines eaux, a été périlleuse.

Publicité
Publicité

A Thiès par exemple, à 70 km de Dakar, le taux enregistré au premier tour est d'environ 14%. Sur 1396 candidats présents seuls 219 sont passés, tandis que 420 autres se voyaient offrir une chance supplémentaire, avec le second tour. A Kaffrine, au centre du pays, sur 1613 candidats, seulement 102 sont admis, soit un taux de réussite de 6%. Les chiffres notés de dépassent guère 20% de réussite concernant cet examen dont le nombre de candidats était de 126.869.

La principale préoccupation dans ces avis émis çà et là, par notamment des acteurs de l'Education, concerne les raisons de cette catastrophe. En premier, il a été avancé la difficulté des épreuves proposées dans les différentes matières. Une piste tout de suite écartée au profit du bas niveau de la majorité des élèves. Et qui, procède de lacunes trainés durant leur cursus par ces élèves que, les grèves incessants d'enseignants ces ont empiré ces dernières années.

Publicité

L'année passé par exemple, l'enseignement public sénégalais a été perturbé pendant 5 mois.

Pour avoir connu un cursus rarement stable, avec comme conséquences des programmes inachevés, les élèves au baccalauréat général sénégalais de cette année ont été comme une cohorte de « cancres ». L'examen du Bac n'aura été finalement qu'un révélateur de leur situation qui donne une idée précise de ce qui se passe dans l'enseignement public sénégalais. Où, il est devenu rare de faire redoubler ou d'exclure un élève pour insuffisance de résultats. Même avec les plus petites moyennes, on peut passer en classe supérieure.

Dès lors, bien des élèves arrivent au Bac sans en avoir le niveau. Ce que l'examen de cette année a clairement démontré. Avec ses résultats catastrophiquement enregistrés sur la majorité des centres d'examen du pays. #Ecole

Heureusement que les établissements d'excellence ont tenu leur rang, pour sauver la face dans cette grisaille. Ce sont le Prytanée Militaire de Saint-Louis au Nord qui a donné le meilleur élève du Sénégal avec une moyenne d'un plus de 17. Il y a ensuite l'école des filles installée à Gorée, l'île à 3 km aux larges de Dakar, la Maison d'Education Mariama Bâ, où le taux de réussite est de…100% sur 31 candidates présentées, en plus d'une kyrielle de mentions.