La Malaisie est encore frappée par un accident d’avion. A la mi-journée du jeudi 17 juillet, un avion de la compagnie aérienne locale, la Malaysia Airlines, est encore tombé avec plusieurs centaines de personnes à bord. Ralliant Amsterdam aux Pays-Bas à Kuala Lumpur, la capitale malaisienne, le vol a été abattu par un missile entre l’Ukraine et la Russie, une frontière sous le contrôle de forces rebelles contre le pouvoir de Kiev. Cette la tragédie n’est pas sans rappeler celle de mars dernier, à propos de laquelle le mystère reste entier.

Il ne doit pas faire bon être professionnel de l’aéronautique en Malaisie, pays de l’Asie, par les temps qui courent. Et pour cause, en l’espace de cinq mois, deux vols commerciaux de la compagnie nationale ont sombré. Le dernier, baptisé MH17, est tombé après avoir été touché par un tir de missile. L’avion venait des Pays-Bas avec 298 personnes, toutes mortes. Le drame écœure le monde entier, d’autant plus que la nationalité des passagers était variée. La majorité était composée de Néerlandais mais, on y trouvait également des Australiens, des Indonésiens, des Britanniques, et bien sur des Malaisiens. L’avion est de la Malaisie mais, son crash touche la planète.

Pour les quelque 29 millions de Malaisiens, bien des souvenirs vont s’entrechoquer dans leur esprit. Ce drame survenant alors qu’un autre garde reste encore sans réponse. Il s’agit de celui du vol MH370 disparu en mars passé avec 239 passagers. Ces derniers étaient à majorité des Chinois et l’avion se rendait à Pékin. Nul n’a pas pu le localiser depuis sa disparation des radars de contrôle, malgré une forte mobilisation des recherches qui, de l’Asie du Sud Est ont étendu leur périmètre à l’Océan Indien. Toujours sans succès.

Deux drames en moins d’un semestre, qui risquent de faire déserter les avions en Malaisie voire les avions malaisiens tout simplement. Par conséquent, une crise de l’aviation nationale pourrait survenir, comme ce fut le cas aux Etats-Unis durant les années post-attentats du 11 septembre 2001. Ce qui avait obligé des compagnies aériennes à vendre les repas et boissons à bord des vols, afin d’espérer amoindrir le manque à gagner. Aujourd’hui en Malaisie, il ne doit également manquer de gens à se demander si ces drames ne sont pas liés à la colère des Cieux. Pour quells motifs? Au autre mystère.