S'ils étaient enthousiasmés de voir arriver en 2012 au palais présidentiel, pour la première fois dans l'histoire, une Première Dame sénégalaise de souche, avec les apparences de la femme typique du pays, beaucoup de Sénégalais sont aujourd'hui outrés et choqués. La cause de ce revirement de sentiments est liée aux supputations autour d'un rôle que joue l'épouse du président du Sénégal depuis mars 2012, Macky Sall, dans l'exercice du pouvoir par ce dernier.

En 54 ans d'indépendance, le Sénégal a connu 4 présidents de la République, que sont Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall l'actuel. On a enregistré autant de Premières Dames, leurs épouses donc.

Publicité
Publicité

Les trois précédentes étaient françaises (Mesdames Senghor et Wade) et métisse (Mme Diouf) alors que celle en place est une Sénégalaise de souche, native de Saint-Louis, la première capitale du pays située au Nord, et ayant grandi à Diourbel, au centre.

Marième Faye, c'est son nom de jeune fille, ne serait pas différente de ces devancières que par ses origines. Ses démarches aussi font débat. Depuis l'accession de son mari à la Magistrature Suprême, la presse nationale n'a cessé de faire de ses choux gras l'implication de la Première Dame au cœur du régime. Des allégations nourries par la présence notamment de ses frères dans le système, l'un est récemment nommé ministre de l'Hydraulique et un autre a été au cœur de tiraillements politiques pour le contrôle d'une mairie de Dakar contre l'ex-Premier ministre Aminata Touré.

Publicité

Sans compter les nominations d'untel ou tel autre Directeur Général avec son bon vouloir. Ajouté à l'élection d'un frère du président de la République maire dans ma banlieue, bien des Sénégalais ont trouvé de quoi mieux asseoir le concept « Dynastie Faye-Sall », inventé en parodie des Fayçal régnant en Arabie Saoudite, pour dénoncer le mélange entre famille et pouvoir observé au Sénégal.

Tout cependant est renvoyé dans l'escarcelle de la Première Dame. A tort ou raison ? On s'est effectivement posé la question, certains versant même tout dans le registre des rumeurs…Mais, voilà qu'au cours d'une passation de service entre deux ministres, le sortant, a tenu à remercier la Première Dame, sans qui, lui et son collègue n'auraient pas été dans le #Gouvernement. L'aveu étant la mère des preuves, pour reprendre un célèbre dicton, il n'y avait presque plus besoin de se poser de s'interroger. D'autant plus que l'auteur du propos (dérapant ou véridique ?) est à la fois un ami et un parent du Président de la République.

Publicité

Ils sont de la même région, Fatick.

Depuis, des sorties et communiqués se sont multipliés, qui pour rectifier, qui pour demander tout bonnement que le ministre soit démis de ses fonctions. Rien de tout cela ne change tout de même l'idée qu'on se fait désormais du Sénégal, naguère pays modèle et qui aujourd'hui trouve une bonne place, mais peu reluisante, aux côtés de ces Nations où la Première Dame a été considérée comme le Premier Drame pour le Chef de l'Etat. On en oublie du coup la spécificité bien sénégalaise tant chantée, de même que toutes les bonnes actions réalisées avec sa Fondation. Laquelle baptisée « Servir le Sénégal » laisse plus que jamais l'impression de ne porter que des ambitions personnelles et familiales. #Femmes