Corps d'élite des Armées sénégalaises, en charge notamment de la sécurité du Président de la République, la Gendarmerie Nationale est en bute depuis quelques jours à des révélations en passe de ternir son image. Si ce n'est déjà fait d'ailleurs…

Au Sénégal, c'est l'affaire dont tout le monde parle… La presse nationale naturellement, qui en fait un véritable feuilleton, mais aussi le Sénégalais lambda désireux de connaître la vérité, encouragé en cela par la montée au créneau de responsables de la société civile par exemple. Et comme pour donner échos à tous ces appels et réactions, le ministre des Forces Armées a annoncé à la télévision nationale, dans le JT de ce lundi 21 juillet, le rappel à Dakar de l'auteur de ce charivari.

Publicité
Publicité

Il s'agit du désormais célèbre Colonel Abdoulaye Aziz Ndao, attaché militaire à l'Ambassade du Sénégal en Italie, et ancien Commandant en second de la Gendarmerie Nationale. C'est-à-dire N°2 des surnommés « hommes en bleu ». Il devra « répondre de ses actes au plan judiciaire », selon les propos du ministre.

Pour que l'honneur de la Gendarmerie soit lavé ? Une question fort pertinente, prise dans ce sens, comme celui à l'origine de cette actualité brulante au Sénégal. « Pour l'honneur de la Gendarmerie sénégalaise » étant justement le titre du livre écrit en deux tomes par cet officier à quelques mois de la retraite. Avec, en bonne partie, des accusations contre son ex-chef, le Haut Commandant de la Gendarmerie, le Général Abdoulaye Fall, aujourd'hui en retraite et Ambassadeur du Sénégal au Portugal.

Publicité

Qui, selon le livre, a été auteur des pires choses pendant ses huit années à la tête cette institution née des Spahis au 19e siècle et devenue Gendarmerie nationale à l'indépendance du Sénégal en 1960.

Au registre des révélations-accusations du Colonel contre le Général passent des détournements financiers, un soutien aux combattants du Mfdc, mouvement rebelle sévissant depuis 1982 en Casamance, au sud du Sénégal, de la tromperie au détriment de l'ex-président Abdoulaye Wade, népotisme dans sa gestion, la négligence au moment de la tragédie du Joola en 2002, avec ses milliers de morts.

Une coupe donc pleine ! Pour effet, immédiat, le discrédit a fini de couvrir un corps des Armées sénégalaises mise à l'écart par l'appréciation publique des scandales citées concernant les autres institutions. Il s'agit notamment la Police Nationale éclaboussée, l'année dernière, par une affaire de trafic de drogue touchant son patron, un Commissaire de classe exceptionnelle, remplacé depuis.

Désormais, on sera tenté de dire que le mal est partout.

Publicité

D'autant plus qu'ici, le propos incriminant émane de la bouche d'un fin connaisseur du système, N°2 de la Gendarmerie nationale pendant longtemps faut-il encore le rappeler. Collaborateur de choix du chef sur lequel il porte aujourd'hui des accusations. Limogé de son poste, injustement défend-il, le Colonel Ndaw a écrit pour laver l'honneur du corps qui lui a tout donné, au-delà du sien propre. La procédure enclenchée par la hiérarchie avec son rappel à la maison est dans l'optique de laver ce même honneur par une traduction en justice, militaire d'abord.

C'est presque dire honneur contre honneur… #Gouvernement