La Guinée risque d'être privée de pèlerinage à la Mecque si la fièvre Ebola n'est pas circonscrite avant le hadj.

La fièvre Hémorragique Ebola apparue en Guinée officiellement au mois de mars dernier n'est toujours pas maîtrisée. Elle sévit encore dans la région forestière au Sud du pays, d'où est partie d'ailleurs ce dangereux virus.

Si les autorités Guinéennes aidées par les organisations internationales principalement l'Organisation Mondiale de la Santé, (OMS), et Médecin Sans Frontière, (MSF), n'arrivent pas à bout du virus hautement mortel dans les prochaines semaines, la Guinée sera privée de hadj cette année.

Publicité
Publicité

Une éventualité qui risque de coûter cher aux agences de voyages locales. L'Arabie saoudite a suspendu l'octroi des visas pour le pèlerinage musulman à la Mecque aux fidèles en provenance de la Guinée à cause de la fièvre Ebola au début du mois d'avril dernier. Le secrétaire général des affaires religieuses de Conakry a séjourné récemment en Arabie Saoudite pour se concerter avec les autorités Saoudiennes. Elhadj Abdoulaye Diassy a rencontré le ministre en charge du pèlerinage pour négocier la levée de la suspension. Le Royaume Saoudien a fait savoir à Elhadj Diassy que c'est seul un rapport fourni par l'OMS qui rassura l'Arabie Saoudite : « C'est n'est pas à l'État Guinéen d'écrire aux autorités Saoudiennes pour signifier que la Fièvre est totalement enrayée. Seule l'Organisation Mondiale de la Santé est compétente de dire par un document officiel qu'il n'y a plus de danger », telle a été la réponse de l'Arabie Saoudite, selon M.

Publicité

Diassy.

Le pèlerinage doit se dérouler au début du mois d'octobre. La Guinée a une forte population musulmane. Chaque année des milliers des Guinéens se rendent à la Mecque pour effectuer le pèlerinage. L'année dernière ils étaient 7 mille 200 à travers le pays à se rendre à la Mecque pour le hadj. Présentement les propriétaires des agences de voyage sont inquiets. « Ce sont les économies que nous faisons au cours du hadj qui font vivre nos familles pendant des mois. Si la Guinée est privée de pèlerinage nous aurons du mal à joindre les deux bouts dans les prochains mois, et cette situation difficile risque de se prolonger pour nous pour toute l'année », témoigne Ahmadou Barry gestionnaire d'une agence de voyage. Une autre nouvelle qui ne fera plaisir à ces promoteurs d'agence. La préfecture de Siguiri située au nord-est du pays jusque là épargnée par la maladie, vient d'enregistrer des cas du virus d'Ebola selon le ministère de la santé Guinéenne.

L'Organisation Mondiale de la Santé reste toujours inquiète par la fièvre hémorragique Ebola, signalée officiellement dans trois pays d'Afrique de l'Ouest, la Guinée, le Libéria et le Sierra Léone.

Publicité

En Guinée, les derniers chiffres officiels concernant la maladie publiés samedi 17 juillet font état de 410 cas attribués à la maladie à virus Ebola, dont 310.

A noter que les autres pays aussi frappés par cette maladie hautement contagieuse se trouvent dans une situation toujours difficile. Le Libéria a enregistré 131 cas de fièvre Ebola pour 84 décès, et la Sierra-Léone se retrouve avec 305 cas dont 127 décès, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.