La liberté de la presse et de diffuser l'information est un droit fondamental et inaliénable qui n'est malheureusement pas respecté dans de nombreux pays. D'ailleurs, l'ONU est allée dans ce sens lors de son Assemblée Générale de 1993. En effet, le 3 mai a été déclaré "journée de la presse". Cette année, le thème choisi est : "La liberté des médias pour un avenir meilleur : contribuer à l'agenda de développement post-2015".

Selon l'UNESCO, en 2013, 600 journalistes ont été tués en exerçant leur profession et ils n'étaient pas tous dans des zones de conflit ! Une autre statistique plus qu'inquiétante : 9 assassinats de journalistes sur 10 restent impunis ! Comment pouvons-nous accepter une telle chose ? Ces hommes et ces femmes ne font que leur travail et leur devoir et pour cette simple raison ils sont enlevés, torturés et assassinés !

Que fait-on de la liberté d'expression qui je le rappelle est l'essence de l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948) ?

"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."

Selon le Comité de protection des journalistes, l'Irak, la Somalie, les Philippines et l'Afghanistan sont très mal placés dans le classement des pays concernant l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes.

Publicité
Publicité

Allons-nous enfin ouvrir les yeux sur ce problème ? Je suis humanitaire et mon expérience m'a appris qu'à partir du moment où une personne essaie de dénoncer une injustice, elle court un grave danger et sa vie est mise en jeu. La violence et l'intolérance sont-elles deux défauts inhérents à l'humanité ? J'ai la faiblesse de croire que non car si c'était le cas, quel monde offririons-nous aux générations futures, à nos enfants si nous ne pouvons pas parler et penser librement ? La réponse à cette question est simple : une dictature !