Le ministre des transports Algérien Amar GHOUL qui est arrivé vendredi à Bamako doit se rendre aujourd'hui sur les lieux du drame de l'avion Air Algérie qui s'est craché jeudi matin près de Gao au mali, le ministre du transport a précisé que les causes de l'accident du vol qui assurait la liaison entre Ouagadougou et Alger ne seront pas connues qu'après connaitre les circonstances achevée et déterminer les cause de ce crash.

Plusieurs scénarios ont été évoqués dès l'annonce de la disparition de l'avion, surtout que c'était le 3éme accident d'un avion en une semaine, après le crash du TransAsia Airways à Taïwan et de la Malaysia Airlines en Ukraine, l'hypothèse la plus répandue pour le vol Ah 5017 d'Air Algérie est celle des mauvaises conditions météorologiques.

Publicité
Publicité

Dans une conférence de presse, Amar Ghoul a expliqué qu'il ne faut pas précipiter les choses, sur les causes de cet accident. Le ministre de transport est parti à Bamako accompagné des représentants de l'armée nationale populaire, de la police scientifique, du PGD d'air Algérie et du directeur général de la navigation aérienne, il va se rendre au lieu de drame avec son homologue malien aujourd'hui dimanche pour une évaluation et une coordination des efforts afin d'assurer une bonne gestion de ce dossier.

L'appareil de la compagnie espagnole swiftair affrété par Air Algérie qui volait à plus de 9.000 mètres d'altitude s'est écrasé dans le nord de Mali qui se situé à 800 KM de l'aéroport de Bamako.

L'épave de l'avion a été retrouvé vendredi et il n'ay avait aucun survivant parmi les 116 passagers, issus de nationalité différentes.

Publicité

Dans le cas d'accident d'un avion, les enquêteurs cherchent tout d'abord les boites noires qui peuvent expliquer les causes d'un crash ou d'une perte d'un avion si elles ne seront pas abimées, une des boites noires a été retrouvées et sera envoyée à l'association internationale du transport aérien. A cet égard, Amar Ghoul a indiqué que l'Algérie recourra à tous les moyens pour coordonner avec les parties et pays concernés. L'association internationale du transport aérien a précisé hier qu'elle allait tout mettre en œuvre pour améliorer la sécurité aérienne après une semaine dramatique durant laquelle trois avions ont été crachés. En ajoutant « le plus grand respect que nous puissions accorder à la mémoire de tout qui ont été touchés consiste à faire en sorte que cela ne se reproduise jamais et à tout mettre en œuvre dans la recherche des causes »