La cérémonie de lancement officiel de la 12ème édition de « Vacances Sans Sida » a eu lieu le mercredi 13 août 2014 au Siège de l’ONG Panafricaine Synergies Africaines sis au quartier Melen à Yaoundé.

Présidée par André MAMA FOUDA, Ministre de la Santé Publique du Cameroun, cette cérémonie, départ de la campagne de prévention et de lutte contre le sida en milieu jeune pendant les congés, a été l’occasion de battre le rappel des troupes de pairs éducateurs. Pas moins de 560 pairs éducateurs au compteur.

Ces derniers, appelés à mener la bataille dans les 10 régions du pays, ont pour principales armes, la conduite de 900.000 causeries éducatives et de 500.000 entretiens individuels, la distribution des supports de sensibilisation (12 000 dépliants, journaux, autocollants, pins, affiches, etc.), jusqu’à l’approche de la prochaine rentrée scolaire.

Publicité
Publicité

750 000 préservatifs dont 450 000 masculins et 300 000 féminins constituent également des munitions à distribuer durant cette édition. Objectif, atteindre par la sensibilisation plus de 1,5 millions de jeunes. Une cible dont le cœur le plus vulnérable est de toute évidence la jeune fille. Ce qui a fait dire au ministre de la Santé, André Mama Fouda, à l’endroit des pairs éducateurs, d’accentuer leur campagne sur la jeune fille et aux jeunes.

« Vacances sans Sida », initiative de Son Excellence Madame Chantal BIYA, visant à renforcer la prévention du VIH/Sida en milieu jeune pendant la période des vacances scolaires et universitaires a été courue par une vague de personnalité dont Amissou Bidoung, la représentant personnel de la Première Dame, et le ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpwatt.

Publicité

Ce dernier, dans son allocution de circonstance, a recommandé aux pairs éducateurs « disponibilité, assiduité et professionnalisme ».

Selon les statistiques officielles, le taux de prévalence du Vih/Sida au Cameroun est passé de 5 à 4,3% en décembre 2013. Un constat qui a poussé Mama Fouda à exhorter les jeunes de « repousser le plus loin possible le premier rapport sexuel pour ceux qui ne sont pas encore sexuellement actifs » mais aussi d’ « utiliser le préservatif pour ceux qui le sont ». Ce qui rentre en droite ligne du slogan de campagne relatif à la jeunesse « Le préservatif c'est bien mais l'abstinence et la fidélité c'est encore mieux ».