A Baghdâd, dans la soirée d’hier 10 Aout, c’était un bouleversement, les forces loyales au premier ministre irakien Nouri Al-Maliki se sont déployées dans plusieurs endroits stratégiques de la capitale d’Irak. Alors que l’état islamique contrôle déjà une grande partie du nord du pays, et continue leur avancée sur Baghdâd, le gouvernement aussi continue de son coté de s’effondrer lentement.de l’avis de tous, un gouvernement d’union en Irak est maintenant impératif afin de pouvoir agir contre la menace d’état islamique. Hier soir, Nouri Al-Maliki a accusé le président Fouad Massoum d’avoir violé la constitution du pays, il a déclaré porter plainte contre ce dernier.

Un déploiement inhabituel de forces a eu lieu dans la nuit de dimanche au lundi dans plusieurs zones stratégiques à Baghdâd, avant que le premier ministre déclare son intention de déposer plainte contre le président qu’il accuse ce dernier d’avoir violé la constitution.

Un mélange de chaos et d’étonnement règne, ce matin, lundi 11 août en Irak. Après les évènements de la soirée d’hier qui sont très inhabituelles ressemblent à celles d’un état d’urgence : un déploiement de forces spéciales dans plusieurs zones stratégiques, sur les ponts, autour du siège des institutions. Tout cela faisait penser à un coup de force du camp du Nouri Al-Maliki face au président de la république qui menaçait de délayer le parlement si un remplaçant de ce dernier n’était pas trouvé rapidement.

Aujourd’hui, l’alliance nationale a choisi Haidar Al Abadi comme candidat au remplacement de Nouri Al-Maliki. Le président l’a confirmé et l’a chargé de former le nouveau gouvernement en lui annonçant « le pays est entre vos mains ».

Nouri Al Maliki accuse le président de violer la constitution au prétexte que ce dernier ne lui avait pas confié de former un nouveau gouvernement. « Le président de la république a violé la constitution à deux reprises. La première, quand il a demandé un second délai avant de demander aux parties politiques de constituer le gouvernement. Et la second, lorsqu’il a refusé de discuter avec moi à ce propos ».

Vers le début de mois de juin, l’Etat islamiques a lancé une offensive fulgurante s’emparant de pans entiers de territoire en ne rencontrant qu’une faible résistance de l’armée irakienne.

Sur le terrain, l’état islamique a pris le contrôle aujourd’hui lundi, de la ville de Jalawa, qui se situe à 130 KM au nord-est de Baghdâd, après deux jours de combats cruels avec les forces Kurdes peshmergas faisant 10 morts et environ 80 blessés dans les rangs des forces kurdes.