Le printemps arabe, une notion qui désigne l’ensemble d’évènement qui a touché de nombreux pays arabe à partir de décembre 2010. A travers cet article nous mettre en lumière le rôle joué par ces moyens de communication dans les mouvements de révolte arabe.

Quelle place donner à ces nouveaux moyens de communication ? Quel été leur influence sur le peuple arabe ? Plusieurs témoignages s’accordent à dire que les réseaux sociaux ont joué un rôle incontournable dans la mobilisation de peuple arabe. Et de passer d’une simple manifestation à une révolte Pour exprimer leur malheur, afin de se rassembler des groups ont été créé sur le réseau social #Facebook, pour lancer des alertes, même à l’extérieure du pays le moment ou les médias traditionnels (presse écrite et chaines de télévision) étaient aux ordres des gouvernements arabes. Internet ressemblait à un nouvel eldorado ou la liberté d’expression était exercée en masse. Il l’a permis le peuple arabe de protester, s’organiser, d’informer et de passer à l’action.

Plusieurs groups et pages Facebook ont été créés pour annoncer l’avancement de la révolution, Facebook a largement facilité la tâche, il permettait aux internautes de savoir ce qu’il se passe et se soutenir et poursuivre la contestation face à leur gouvernement.

Facebook les a aidé a montré la réalité et la violence des affrontements en quelques moments après leur enregistrements sur les téléphones portables.

Le rôle des réseaux sociaux notamment Facebook dans le printemps Arabe a été abusif, ils ont servis à mobiliser, à s’informer et aussi à informer. Bien sûr, il ne faut pas dire que les réseaux sociaux ont été la cause de ces révolutions, ils ont été comme un coup de pousse pour continuer ces manifestations, les populations arabes ont été poussées à se révolter pour des raisons politiques et sociales.

Internet a permettait à chacun de se compter et d’encourager les initiatives, il a réussi à transformer l’information en participation et la participation en action. Maintenant les cyber-activistes qui ont aidé à déclencher cette révolte sont écartés de la scène politique des pays qui ont vécus des bouleversements à la tête du pouvoir.

La conclusion que la révolte arabe ait été rendu possible à l’aide de ces réseaux est encore précoce, en outre, les réseaux sociaux ne sont pas censurés, donc les mouvements d’oppositions peuvent s’organiser facilement.