Alexa

QUAND LA LANGUE DE MOLIERE DEVIENT DU CHINOIS POUR LES ETUDIANTS ALGERIENS

SAVOIR MAITRISER LA LANGUE FRANCAISE : PLUS DIFFICILE QU'IL N'Y PARAIT!

Publicité

Qui n'a pas connu l'Illustre Molière, et ses fameuses pièces de théâtre, telle le "Médecin malgré lui" ou le "Malade imaginaire" ne connait pas grand'chose de l'esprit de la langue française.

Au vu du titre référentiel de l'article,   je me surprends à sourire tant me paraît incroyable l'Odyssée Homérique d'un cerveau perdu dans le dédale de son illogisme. Je m'explique : nous constatons, chez nous, les français, une dérive de plus en plus accentuée face à notre langue, tant écrite que parlée, et nous aimerions donner la médaille du mérite à une nation qui possède son propre langage ancestral. 

Lorsque je considère mon parcours linguistique et mon peu d'intérêt pour autre chose que le français, je comprends parfaitement ce qui devient évidence ailleurs que dans nos écoles et nos universités. 

Nous pourrions, afin d'essayer de comprendre, pour enfin convaincre de l'utilité d'une ouverture de volonté, nous appuyer sur le fait que longtemps, l'Algérie était considérée comme française et qu'a ce titre, il lui fallait comprendre, penser et parler français. Colonialisme oblige. Mais depuis quelques décennies déjà, l'Algérie est redevenue ce qu'elle avait cessée d'être, c'est à dire nation algérienne, avec son langage, son parlé et sa compréhension vocable. 

Lorsque j'appuie sur le terme d'illogisme, j'en réfère à ce que nous connaissons de la maîtrise de la langue de Molière par nos chères têtes blondes, tout comme le maîtrise également leurs parents! J'aimerais avoir une vision plus large que je n'ai à ce jour, mais notre langue est maintenant autant étriquée que l'est le langage texto sortant avec frénésie du vocabulaire restreint et bradé à deux sous de notre jeunesse française. Le jour ou il fut permis de faire une liaison verbale et grammaticale du genre : lezaricots' Molière se retourna dans sa tombe.

 Une aberration nationale existe mais nous aimerions balayer chez le voisin! Une attitude typiquement bien de chez nous. Comment nous comportons-nous en face de la langue anglaise, ses verbes et ses accords? Juste pour exemple, parce que le français n'est pas réputé pour son aptitude à l'appréhension des langues étrangères.

Depuis le temps des colonies, bien de l'eau est passée sous les ponts parait-il, et ce qui a été blessure pour certains, ne peut pas être dressé comme un drapeau. Certes, la langue française est réputée pour sa richesse et sa diversification, mais souvenez-vous, du temps de votre enfance, comment vos dictées et rédactions étaient truffées de fautes tant d'orthographe que de vocabulaire, et pourtant, nous nous appliquions à travailler à notre amélioration 5 jours sur 7. Souvenez-vous des conjugaisons, apprises par coeur sans pour autant marquer nos esprits de façon indélébile, et pauvres de nous, les doigts couverts d'encre, la tête touchant les pupitres, attentifs à ces mots privés de sens sortant de la bouches de l'institutrice ou de son confère masculin.

Combien de fois fallut-il reprendre depuis le début, ce que nous ne voulions pas comprendre, hésitants sur le sens grammatical,  la formulation explosive, et malgré tout cela, nous aimerions que nos amis outre-Méditerranée, fassent mieux que nous? C'est une pensée abominable digne des romains pénétrant dans la Gaulle occupée,  bannissant   la langue gauloise, au profit d'une langue barbare. 

Quand arrive la période des festivals de la francophonie, je sais que bien d'entre nous font "cocorico" parce qu'il est agréable d'être reconnus par beaucoup, mais ce n'est pas, à mon sens, une raison pour imposer à d'autres ce que nous-même avons bien du mal à maîtriser. 

C'est pourquoi je vais manifester ma compréhension à cette jeunesse qui est entrée dans sa destinée, et qui se doit de passer au-delà du passé afin d'entrer dans son avenir; Il lui faut maîtriser sa propre langue, afin que cette dernière ne périclite pas, et ne devienne pas un patois dérivé de notre langue. L'Algérie est un pays qui se doit de vivre son destin, et le français n'est pas sa langue naturelle, tout comme l'anglais n'est pas la langue universitaire française. Le français appartient au peuple français, et s'il en est d'autres qui aiment Molière, Racine, et tout notre héritage linguistique, qu'ils ne se gênent pas et entrent pleinement dans  l'historique de notre langue qui, de barbare, de franque ou encore  du "vieux françois, " bienvenus chez nous #Ecole

Lisez la suite