De hauts responsables gouvernementaux ont suggéré lundi que, si nécessaire, les pilotes américains qui effectuent des frappes aériennes contre les positions de l'Etat islamique en Syrie se défendraient s'ils sont attaqués par les forces gouvernementales syriennes.

Les fonctionnaires ont déclaré que les Etats-Unis savent où le gouvernement de Bachar al-Assad a positionné les forces et les installations de défense aérienne, et celles qui pourraient être à risque s'ils attaquent les avions américains.

Les fonctionnaires ont parlé sous condition d'anonymat parce qu'ils discutaient stratégie militaire. L'avertissement est venu au moment où le président Obama se prépare à une ou deux réunions clés relatives à son plan de lutte contre le terrorisme de l'État islamique.

Publicité
Publicité

Ce plan comprend la perspective de frappes aériennes contre des positions à l'intérieur de la Syrie, en plus de l'expansion de l'attaque en cours contre le groupe militant à l'intérieur de l'Irak.

Le gouvernement syrien s'est opposé à la perspective de frappes aériennes américaines dans leur pays alors que le plan Obama prévoit également d'accroître la formation de l'armée en Irak et de rebelles en Syrie, afin qu'ils puissent prendre le contrôle de la bataille du sol contre l'Etat islamique.

Mardi, Obama prévoit rencontrer le général qui dirige les efforts pour recruter des nations dans une coalition visant à faire reculer le groupe militant qui a pris de vastes zones de la Syrie et de l'Irak.

Le mercredi, Obama sera à Tampa en Floride pour rencontrer les dirigeants militaires du Commandement central, qui coordonneront le plan de contre-terrorisme.

Publicité

Quant à la semaine prochaine, Obama prévoit discuter le plan de lutte avec les membres de l'Assemblée générale des Nations Unies.

De hauts responsables de l'administration ont également ajouté que le gouvernement des États-Unis a eu des entretiens avec les dirigeants de l'Iran à propos de ses intérêts pour faire reculer l'État islamique.