Chaque pays a sa culture et chaque culture possède sa religion et chaque religion a ses propres traditions funéraires, En Algérie comme tous les pays musulmans, la mort est traitée avec beaucoup de respects et d’égards. Il est du devoir de chaque musulman de tenir une attention particulière à ses morts.

Le deuil chez les musulmans est un moment très important qui comprend plusieurs étapes. Dans l’islam, lorsque une personne (proche, voisin…) mort, il est très normal que les proches et les voisins de venir soutenir les concernés et de les aider à surmonter ces moment difficiles.

Dans les traditions algériennes, la porte est ouverte aux gens pour présenter les condoléances, mais la famille du défunt ne doit cuisiner ni faire le ménage, ce sont généralement les proches et voisins qui s’occupent de ces taches. D’ailleurs, les personnes qui viennent ne viennent pas les mains vides, ils ramènent généralement les produits de la première consommation avec eux (sucre, café, lait, couscous…) histoire d’alléger le fardeau de la famille du défunt.

Le deuil ne dépasse pas trois jours généralement sauf pour la femme qui perd son mari en Islam. Par la suite le 7éme jour et 40 jours après la mort de la personne il y’aura des rassemblements de la famille et les proches avec des repas histoire de repenser au défunt et faire une charité « sadaka » à son nom. Mais cela est qu’une innovation qui rentre dans les traditions du deuil en Algérie.

Quelle attitude à l’égard du corps ?

Quand une personne est décédée, ses proches doivent en premier lieu lui fermer les yeux et la bouche, lui recouvrir le corps, ensuite, prévenir la mosquée pour annoncer sa mort au près du village. Puis le corps passe par l’étape du lavage mortuaire qui est très important. Elle doit être effectuée obligatoirement pat un musulman mais pas forcément par un membre de famille. Les bras du mort doivent être tendus le long de son corps. Après, le défunt est parfumé puis enveloppé dans un linceul blanc. Le corps est considéré comme sacré, il doit être manié avec douceur, il ne peut non plus être brulé. La crémation est interdite car elle ne respecte pas la dignité du défunt.

La prière des obsèques ?

Il y a deux pratiques, se rendre au cimetière ou bien passer par la mosquée. Dans le deuxième cas, le défunt est orienté vers le Mihrab (genre niche creusé dans le mur au fond de l’édifice), indiquant la direction de la Mecque.

L’imam ou même une autre personne mène la prière des obsèques, une prière de courte durée pas comme les autres prières habituelles. Elle est accordée par l’exclamation « Allah Akbar » (dieu est le plus grand), répétée quatre fois et comprend entre autres, une invocation en faveur de la personne morte et de tous les vivants et aussi tous les morts.

En Algérie, seuls les hommes peuvent assister aux funérailles. Le corps enveloppé dans un linceul blanc est déposé directement par terre. Dans sa tombe, le défunt doit être dirigé vers la Mecque. Enterrer ses morts est une obligation édicté par dieu dans le coran (livre sacré des musulmans).

Chez les musulmans, la vie ne se s’arrête pas le moment où la personne est morte, il ne s’agit que d’un passage vers une autre vie.