Un avion militaire australien a acheminé une troisième cargaison d'armes aux combattants kurdes dans le nord de l'Irak alors que le président américain Barack Obama s'apprête à déposer un plan d'action pour vaincre les militants de l'État islamique dans le Moyen-Orient.

Révélant ses plans lors d'une interview avec l'émission « Meet the Press » sur NBC, M. Obama a dit qu'il voulait que les Américains comprennent la nature de la menace et comment leur gouvernement traitera avec celle-ci.

Dans l'interview, M. Obama a réaffirmé son opposition quant à l'envoi de troupes terrestres américaines dans la région pour s'engager dans un combat direct avec les militants.

Publicité
Publicité

L'Australie a également statué sur la fourniture de troupes au sol pour la mission.

La défense Australienne a, cependant, déclaré ce matin qu'un avion avait livré 50 tonnes d'armes légères et de munitions à Erbil hier. L'armée américaine a mené plus de 130 frappes aériennes contre des militants de l'Etat islamique en Irak le mois dernier. Pendant la nuit, les responsables des États-Unis ont déclaré qu'ils avaient lancé des frappes aériennes dans l'ouest de l'Irak. Ces responsables américains ont expliqué que l'offensive était un effort pour repousser les militants du barrage qui est resté sous contrôle irakien.

Selon le porte-parole du Conseil national de sécurité, les militants auraient ouvert et endommagé le barrage, inondant de vastes zones aussi loin que l'aéroport international de Bagdad, où sont déployés des centaines de militaires américains.

Publicité

D'autres frappes aériennes des Etats-Unis ont ciblé hier et pour la première fois les combattants de l'état ​​islamique dans la province d'Al-Anbar longtemps contestée en Irak. Ces attaques ont été lancées avec des bombardiers et des avions de combat.

L'armée américaine a déclaré que les frappes aériennes ont détruit, entre autres, un poste de commandement du Groupe islamique et plusieurs véhicules, dont deux qui portaient une artillerie anti-aérienne. Le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a ajouté que le gouvernement irakien avait lui même demandé aux États-Unis de lancer des frappes aériennes.

Demain mardi, M. Obama devra rencontrer les dirigeants du Congrès à la Maison Blanche pour discuter de la menace de l'État islamique. Un discours est prévu mercredi, à la veille du 13e anniversaire des attentats du 11 Septembre.

Selon le chef de la Ligue arabe, Nabil el-Arabi, les Etats arabes ont convenu pendant ce temps de prendre les « mesures nécessaires » et sont prêts à coopérer au niveau international pour faire face à l'Etat islamique.

Au début de la réunion des ministres des Affaires étrangères au Caire, el-Arabi a appelé à une confrontation politique et militaire avec les djihadistes et les autres militants qui, selon lui, menacent l'existence des états arabes.