L'armée du Burkina Faso a dit que le président Blaise Compaoré a démissionné après 27 ans au pouvoir. L’agence de presse Burkina 24 a cité un porte-parole de l'armée disant que le président a démissionné ce vendredi, un jour après que des manifestants ont mis le feu au parlement pour protester contre une mesure qui aurait permis à Compaoré de chercher un autre terme.

Le porte-parole n'a pas révélé le lieu de Compaoré et n'a pas annoncé un successeur. Il n'y a pas de communication directe du président depuis un communiqué publié jeudi soir, dans lequel il a dit qu'il allait ouvrir des négociations avec l'opposition.

Plus tôt vendredi, un général à la retraite a nié un coup d'Etat militaire au Burkina Faso, en rapportant à Voice of America que si le président démissionne, l'armée restera subordonnée au gouvernement.

Publicité
Publicité

Dans une interview avec service français de Voice of America en Afrique, un général à la retraite a dit qu'il ne sait pas si le président Blaise Compaoré répondra aux demandes des manifestants de démissionner, en expliquant que « les gens vont décider ».

Le général est largement considéré comme un possible chef de la transition politique depuis jeudi après que des manifestants ont mis le feu au parlement et ont pris d'assaut d'autres édifices gouvernementaux dans la capitale Ouagadougou.

Beaucoup de manifestants à Ouagadougou ont dit qu'ils voulaient le général, un ancien ministre de la défense populaire qui a été accusé d'avoir tenté de renverser Blaise en 2004, pour prendre en charge sur une base intérimaire.

Le général a dit qu'il accepterait une telle position de leader, en insistant que si « mes frères d'armes me demandent et croient en moi, il n'y a aucune raison de refuser la tâche ».

Publicité

Jeudi, M. Compaoré a refusé de démissionner, affirmant qu'il voudrait plutôt diriger un gouvernement d'unité nationale qui se traduira par des élections dans un an.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du Burkina Faso, vendredi, pour appuyer Compaoré à démissionner. On ne signale pas de violence, contrairement à un jour plus tôt, lorsque trois manifestants ont été tués et des dizaines d'autres ont été blessées.

Les manifestants ont été bouleversés par une proposition d'amendement constitutionnel pour permettre un autre mandat présidentiel pour Blaise Compaoré, âgé de 63 ans et en poste depuis 1987.