Le ministre camerounais des travaux publics Patrice Ambassala a reçu le mardi 14 octobre 2014, les 10 ex -otages de l'entreprise chinoise enlevés par les terroristes dits de Boko Haram. La veille, ces derniers ont été reçus par le chef de l'Etat camerounais Paul Biya au Palais de l'Unité.

La rencontre de mardi dernier aura été l'occasion pour les deux parties, posant des bases de réflexion, de revoir les modalités pratiques pour la reprise des travaux de réhabilitation de la route Mora-Dabanga ainsi que les travaux sur les artères de la localité de Mora quatre mois après l'interruption provoquée par l'enlèvement de ces rescapés.

Publicité
Publicité

Conditions de reprise des travaux

Pendant les quatre mois qu'aura durée leur captivité aux mains de leurs ravisseurs, selon leurs témoignages, les techniciens chinois auront vécus « dans des conditions atroces ». Choses que la partie chinoise ne souhaiterait pas revivre. Pour ce faire, elle avait posé trois exigences au préalable pour la reprise des travaux sur ce chantier long de 131km, qui avait été abandonné du fait de leur enlèvement par des hommes armés, ayant fait intrusion dans leur campement dans la localité de Waza, dans la nuit du 16 au 17 mai 2014.

Les deux premières conditions qui concernent la libération des techniciens chinois et la garantie de la sécurité le long du corridor ont été déjà été comblées. Et pour cette dernière condition, le ministre des travaux publiques précise que « l'Etat du Cameroun a déjà mis en place un dispositif sécuritaire qui permette qu'on puisse travailler sur ce corridor en sécurité ».

Assurances gouvernementales

Pour ce qui est de la troisième condition posée par l'équipe chinoise, elle concerne la résiliation du contrat de la mission de contrôle (pour abandon).

Publicité

Sur ce fait, se voulant rassurant, le ministre Patrice Ambassala indique que « le contrat avec la mission de contrôle (précédente) a été résilié car, le chantier étant en insécurité, a été abandonné. Et une autre mission de contrôle est en train d'être contractualisée ». Ce qui augure de bonnes perspectives pour la reprise des travaux.