Une écolière âgée de 14 ans est décédée dimanche soir devenant ainsi la deuxième victime d'une fusillade dans une région de Seattle après qu'un étudiant ait ouvert le feu sur ses camarades de classe avant de prendre sa propre vie.

La victime était l'une des quatre adolescents grièvement blessés et admis dans un hôpital local après qu'un nouveau lycéen ait ouvert le feu à l'intérieur de la cafétéria du lycée de Marysville-Pilchuck vendredi dernier, tuant cette jeune fille et blessant quatre autres avant de mourir d'une blessure par balle auto-infligée.

Selon un médecin, l'un des autres victimes reste dans un état critique.

Publicité
Publicité

Parmi les étudiants blessés, seulement un autre écolier âgé lui aussi de 14 ans a montré une amélioration, mais il est resté dans un état grave en soins intensifs dans un centre médical à Seattle. Un adolescent âgé de quinze ans est également resté dans un état critique aux soins intensifs.

Les deux sont des cousins ​​du tueur, que les autres élèves décrivent comme étant un joueur populaire de football. Il était un membre d'une famille amérindienne issue d'une tribu importante et connue dans la région de Washington.

La mort du tueur est intervenue dans l'attaque après une première année d'enseignement. On ne sait pas encore s'il a été tué intentionnellement ou si le coup est parti dans une lutte avec un professeur.

Selon des membres de sa famille, un autre adolescent âgé de 14 ans a également été tué dans la fusillade qui a secoué la communauté par contre il n'a pas été complètement identifié par le médecin légiste.

Publicité

Plus tôt dimanche dernier, les membres des tribus ont joué du tambour et chantaient des chansons au sein d'un gymnase dans lequel les élèves et les parents se sont réunis pour se soutenir mutuellement.

Les membres de la communauté et les étudiants ont pleuré et se sont serré dans les bras alors que les orateurs ont exhorté les gens à se réunir au cours d'une réunion de la communauté le dimanche après-midi.

Nous sommes dévastés par cette tragédie insensée. Les beaux mots ne peuvent pas exprimer combien notre fille nous manquera », a indiqué un communiqué de la famille de l'écolière, qui a demandé à garder la confidentialité de sa vie privée.