Le 18 juin 2007, le contrat de désendettement et développement (C2D) première génération accordait au Cameroun la somme de 10 millions d’euros, en faveur du Programme Sectoriel des Forêts et Environnement (PSF). Cinq millions (la moitié) étaient affectés à l’appui budgétaire et l’autre moitié, au fond commun c’est-à-dire un mécanisme visant à fournir, de manière rapide et efficace, l’assistance technique et la formation requises pour la mise en œuvre du PSFE, selon les priorités identifiées dans les plans de travail du Ministère des Forêts et de la Faune et du Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature. Cet instrument vient en complément d’autres sources de financement du PSFE telles l’appui budgétaire et les projets.

Publicité
Publicité

Le projet d’aménagement et de suivi des forêts du Cameroun dont le lancement a eu lieu le lundi 27 octobre 2014, vient quant à lui, de bénéficier de la rondelette somme de 10,7 millions d’euros.

Les responsables du Ministère des Forêts et de la Faune et du Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, ainsi que le représentant de l’Ambassade de France (principal bailleurs de fonds C2D) en sont les principaux signataires.

La convention d’affectation desdits fonds, qui s’est tenu le 28 juin 2012, a pour coordonnées d’immatriculation, le N° CCM123301G.

La durée de ce projet qui est de trois années, s’étalent de 2014 à 2017.

Les articulations du projet consistent en le renforcement des compétences de la Sous-direction des inventaires et aménagements forestiers (SDIAF) du Ministère des forêts et de la faune (Minfof), en ce qui concerne le suivi et l’évaluation, ainsi que le contrôle des aménagements des forêts camerounaises.

Publicité

Il est également question du développement d’un observatoire des forêts, de la faune et des produits forestiers (OFFPF) pour une capacité d’analyse statistique du secteur, afin de contribuer au suivi de l’évolution du couvert forestier.

Le projet logé au quartier Nlongkak dans la ville de Yaoundé, lieu dit Combattant, compte cinq composantes dont trois purement techniques. Il s’agit pour ce qui est de la première composante, de l’Aménagement des forêts de production du domaine forestier permanent ; la seconde tient en la création d’un observatoire forêt, faune et produits ; quant à la troisième composante, il s’agit du suivi permanent par imagerie satellitaire, du couvert forestier en lien avec le mécanisme REDD+