Boko haram a libéré des otages provenant du Cameroun il y’a quelques jours ; les vingt-sept otages dont dix Chinois et dix-sept Camerounais. A qui profite cette libération ? Et pourquoi maintenant ?
Il faut avouer que les otages chinois avaient été capturés au mois de Mai dans la région de Waza. Selon Seyni Lamine Boukar lamido de Kolofata. Cette ville de l’extrême-nord du pays ou la femme du vice premier ministre du gouvernement camerounais Ahmadou Ali avait été enlevée en Juillet dernier : cet enlèvement a été assez difficile car ils dormaient à même le sol sous une bâche. Concernant otages des Chinois il ne les aura rencontrés qu’une semaine avant leur libération. Cela a également semblé quelque peu bizarre pour l’épouse du vice premier ministre du gouvernement qui a affirmée ne pas s’être sentie hors du Cameroun durant sa détention. Que faudrait-il penser de ces affirmations ? Serait-ce réellement Boko Haram qui serait la cause de ces prises d’otages ? Pourquoi les jeunes filles enlevées il y’a six mois de ça n’sont-elles pas été libérées elles aussi ? Pourquoi n’y va-t-il pas eu de demande de rançon pour ces dernières ?
Le Cameroun aurait-il un intérêt dans cet enlèvement ?
Le ministre de la Communication son excellence Issa Tchiroma Bakari comme à son habitude n’a pas tarie d’éloges le président de la république Paul Biya pour cette libération d’otages qui se serait déroulée sans heurts. Aucun deal n’aurait été conclu avec cette secte islamique selon lui et il a continué en remerciant le chef d’état pour son implication dans cette libération. Jusqu'à nos jours personne ne sait vraiment qui a conclu cet arrangement ni comment cela ce serait déroulé. Cependant lors des précédentes libérations des otages occidentaux en tout début d’année cela s’était fait avec l’aval du vice-premier ministre Ahmadou Ali et à l’époque déjà, l’opinion publique se posait déjà de nombreuses questions à savoir : Ou trouvait-il ces dangereux sectaires ? Ou encore comment procédait-il pour payer les rançons ? Toutes ces questions sont toujours restées sans réponses jusqu’au jour où son épouse en a fait les frais le jour même de la fête du Ramadan.
A qui profitent ces libérations ?
Des rançons ont –elle été versées ? Si oui ne serait-ce pas un nouveau point de départ pour de nouveaux enlèvement ? Le gouvernement camerounais ne chante-t-il pas trop vite victoire ? Si on assiste à une grande médiatisation de cette libération ne serait-on pas en train de montrer au monde que le Cameroun aurait les moyens de payer les rançons c'est-à-dire de contribuer à ce que cette secte islamique puisse à nouveau frapper alors que l’opinion publique voudrait se désolidariser avec les paiements de rançons. Les leçons devraient pourtant être tirées concernant par exemple la décapitation du Français Hervé Gourdel par les soldats du Califat en Algérie ou encore celle des Américains James Foley et David Haines et du Britannique Alan Henning, par l’Organisation de l’état islamique. La prudence et la lumière sur les véritables raisons de cette libération laisse à réfléchir car s’il s’agit réellement d’échanges de rançon la crédibilité du Cameroun serait mise à nue et de ce fait diminuerait les rentrées économiques due au tourisme dans cette région autrefois prisée pour sa diversité culturelle.