Une phase d’éveil qui se tiendra trois semaines durant sur tout le territoire camerounais.

Le 17 juin 2015, à minuit, tous les pays de notre planète devront passer à la télévision numérique terrestre. Le Cameroun, qui ne dispose pas encore de toutes les assurances à cet arrimage planétaire, comme c’est le cas pour la grande majorité des pays africains, se prépare tout de même à être au diapason.

Dans sa sortie face à la presse le mercredi 22 octobre 2014, Issa Tchiroma Bakary, le ministre camerounais de la Communication, a lancé dans la ville de Yaoundé, la capitale du Cameroun, la campagne nationale de sensibilisation et d’information sur le passage du pays à la Télévision numérique terrestre (TNT). La campagne ainsi lancée, conduite par Issa Tchiroma Bakary, par ailleurs vice président du comité de pilotage du passage à la TNT le sera avec des experts commis à cet effet.

Ledit comité de pilotage qui a vu le jour en septembre 2012 sous la dénomination de Cameroon Digital Project (CAM-DTV), après des ajustements d’une structure similaire, a permis par le truchement du groupement Analysys Mason, FTPA et Osiris à qui mandat avait été confié, d’apporter au gouvernement camerounais un soutien stratégique, juridique en matière de contenus dans le cadre de cette transition. Ainsi, les résultats sur la table du CAM-DTV, permettent à ce jour, la mise en œuvre du processus de migration, à travers cette campagne nationale de sensibilisation et d’information qui se traduira sur le terrain, sous la forme de présentations et d'animations grand public avec toutes les cibles identifiées.

La Cameroon Radio and Television (Crtv), la chaîne à capitaux publics assurera l’aspect technique de la TNT, malgré une réhabilitation ayant connut des soubresauts, a-t-on appris.

Pour ce qui est de la radiodiffusion, Issa Tchiroma aura relevé, que celle-ci malgré une affluence croissante dans cette filière, connait des proportions moins préoccupantes en matière de fréquences que la télévision quoiqu’à termes, le besoin se posera.

La TNT fait certainement référence à un mode de diffusion sous un format numérique comme l’a indiqué le ministre Tchiroma. C’est donc dire que les techniques de l’informatique y sont mises en évidence pour une qualité et une capitalisation des meilleurs possible. Il convient donc de se les approprier. Raison pour laquelle le patron de Communication au Cameroun entrevoit, l'arrivée de la TNT comme favorable au développement du secteur de l'audiovisuel. Un développement qui de ce fait inclut la capitalisation des fréquences utilisées par les chaînes analogiques, une offre diversifiée de contenus, une amélioration des recettes des opérateurs, l'optimisation de la taille du marché publicitaire, une plus grande accessibilité aux chaînes de télévision et à coût raisonnable.

En outre, les experts du CAM-DTV mettent en avant comme atouts de la TNT, considéré comme autoroute de l’Information, l'émergence de services nouveaux en matière de radiocommunication en basses fréquences, de services innovants tels que la télévision mobile personnelle voire des services de médias audiovisuels, à la demande.

La campagne de communication débutée le 22 octobre, s’étalera sur tout le territoire camerounais et prendra fin le 10 novembre 2014