Incroyable mais vrai, les Flamands et les Wallons ont réussi à se mettre d’accord sur un point : la frite est belge ! Etrangers, oubliez l’appellation « french fries » qui tend à donner aux Français la mainmise sur les frites. Dans quelques mois, si tout va bien, la frite sera définitivement noir-jaune-rouge. Un an après la Flandre, la fédération Wallonie-Bruxelles et la communauté germanophone ont décidé de s'unir pour proposer de classer la spécialité culinaire comme patrimoine culturel belge, unifiant ainsi le pays sur la question. Mais tout n’est pas encore joué : une pétition lancée par le Ministre wallon de l’Agriculture devra recueillir un certain nombre de voix pour pouvoir être proposée à l’Unesco. Pour sensibiliser les Belges, la Semaine de la frite a même été créée et aura lieu du 1er au 7 décembre, semaine pendant lesquelles certaines friteries offriront même quelques cornets aux amoureux de la gastronomie bien belge.

Un bonus pour les friteries

Et les friteries dans tout ça ? Bien évidemment, elles se frottent les mains rien qu’à l’idée que la frite belge figure à l’Unesco. « La frite est indissociable de la Belgique. C’est d’ailleurs une des premières références que citent les touristes et les étrangers lorsqu’on leur demande ce qu’ils connaissent de notre pays ! Ca ne fait pas très longtemps que l’idée d’inscrire la frite au patrimoine de l’Unesco est sur la table, mais il était vraiment temps que cela se concrétise », explique le tenancier d’une friterie bien connue de Namur. « Pour nous, friteries, ce sera un plus au niveau de l’image internationale, cela attirera encore plus les touristes friands des bonnes frites belges qu’aucun autre pays ne sait reproduire ! ». D’ailleurs, quel est le secret de cette frite croquante à l’extérieure, molle à l’intérieur ? « À l’étranger, les frites sont cuites dans de l’huile végétale. En Belgique, il faut utiliser de la graisse animale (du saindoux ou de la graisse de cheval…) et surtout, utiliser le principe de la double cuisson pour qu’elles soient bien croquantes ! », révèle-t-il, ajoutant à demi-mot que chaque friterie a également ses petits secrets bien propres à elles..