Où commence l'information et où démarre la collaboration passive, voir active?

La récente actualité douloureuse due à l'E.I. devrait inciter à la prudence les médias qui diffusent les informations, car ils deviennent sans en prendre conscience, les alliés des terroristes sanguinaires de ce mouvement.

J'en veux pour exemple que la récente vidéo mise en ligne par l'EI où trois charmants compatriotes incitent gentillement ceux qui ne peuvent pas les rejoindre à commettre des attentats en France...
A cause du battage mediatique, ceux qui ne sont pas au courant du contenu de cette vidéo doivent certainement habiter dans un hermitage au fin fond du Larzac!

Quel merveilleux relais que les malins Webmaster de l'EI trouvent dans nos agences de presse, télevision, fournisseurs d'infos sur internet etc. C'est 100% gratuit , rapide, commenté, repris. Que demander de plus? Ils vont peut-être pouvoir être nominés pour un Oscar.

Information, oui mais pas nimporte quoi, ni nimporte comment. On s'étonne après du nombre grandissant de candidats au départ pour la Syrie. Il faudrait arrêter de faire l'autruche et de mettre la tête sous l'aile, nous faisons nous même la propagande pour l'EI, il n'est nullement besoin d'être un grand psy, pour comprendre ce qui se passe dans la tête de jeunes plus ou moins en rupture de bans, mais en tous les cas, mal dans leur tête, mal dans leur peau. En voyant le battage médiatique fait autour des exploits de ceux qui deviennent leurs idoles ils sont près à sauter le pas et les rejoindre.

Ils n'ont strictement pas la moindre idée de ce qui les attend s'ils vont la bas, mais cela les fait rêver et ce rêve ils n'ont qu'une hâte c'est de le réaliser. Pour cela ils sont prêts à faire beaucoup de choses. Les exploits de ceux qui sont déja là bas, étalés dans les médias renforcent les décisions absurdes qu'ils vont prendre et les galvanisent, occultant du coup les rares morceaux de bon sens restant.

Un jeune a besoin de rêves, c'est normal et humain, essayons simplement que ce ne soit pas celui-là.