C'est dans ce superbe marché du quartier Fondaudège, un peu caché et trop peu exploité, que l'artiste plasticienne Bertille Argueyrolles expose à partir de ce lundi 2 février ses œuvres délicates et poétiques.

Travaillant selon la technique du dripping (qui consiste à jeter la #Peinture de façon aléatoire sur la toile), la jeune femme nous offre une série de tableaux au confluent de Pollock et Soulages, avec sa touche de talent en sus. Elle se revendique ou se reconnaît dans les deux artistes, l'un pour la technique et l'autre pour la couleur - même si en l'occurrence faire mention de couleur à l'endroit de Soulages pourrait sembler ironique, disons donc plutôt la lumière.

Cette filiation définit la première série de l'exposition, les "Nuages", ces toiles aux dimensions toutes identiques (116x81cm), ces lignes abstraites et légères qui invitent à l'interprétation. L'artiste propose néanmoins un axe de lecture, une piste d'interprétation, accompagnant chaque œuvre d'un titre et d'une citation, consignées dans un carnet noir offert à chaque spectateur. Libre à lui, de s'y tenir, de le partager, de l'ignorer. Il y a une forme de générosité à baliser le chemin tout en laissant ouvert tout le champ des possibles.

La deuxième série, celle des "Hommes", ces fresques aussi abstraites que figuratives, fait, à mon sens écho au travail d'un artiste contemporain que l'on peut découvrir en ce moment au musée d'aquitaine. Il y a la légèreté du trait mais la densité du nombre: c'est un tour de force magistral. À la rondeur des "nuages" répond la verticalité des "hommes". La cohérence du travail de Bertille se retrouve de séries en séries par l'utilisation unique du noir et du blanc.

Ainsi, les "Bertilles" sont au départ des coulées de laque... noire! Aujourd'hui l'artiste se tourne à nouveau vers la sculpture et les réalise sur métal. Ces silhouettes sont elles aussi multiples, engagées dans une posture à la fois timide - le regard ébahi et conquérant - avec les épaules haussées. Cette complexité serait-elle une définition de Bertille, réalisant ici une série autoportraitisée? En tous cas, ces "Bertille" reflètent toute l'ambivalence et la grâce féminine. #Bordeaux culture