Le Bordelais est facilement reconnaissable, il a toujours quelque chose dans la main : clés, téléphone, dossier, baguette de pain, paquet de cigarettes, briquet, carnet-stylo ou foulard, il doit tenir ! Le Bordelais a le « style », il est chic mais décontracté, Comme dirait Kitty a la terrasse des deux Magots : le Bordelais est rilax (relax oui ! Tu chasses la coquille ou tu te concentres ? C’est un effet mettant en évidence l’accent brillant de Kitty). L’été, il porte, quoi qu’il arrive (pluie, orage, nuit-jour) les Ray-Ban modele Wayfarer, couleur noire. Le Bordelais est toujours en polo (le croco) bleu marine, noir, vert bouteille ou #Bordeaux ou, exceptionnellement, un tea shirt gris perle, manches longues. Sobre ! Le Bordelais ne porte pas de jogging dégeulasse ou de pantalon qui glisse sous les genoux, jamais ! Le Bordelais est digne, il n’en fait pas des caisses (sauf accrochée à son vélo). Il n’a pas besoin de fanfreluches pour « être », il est. Il ne hurle pas, il envoie un sms pour te dire « je suis derrière toi » ! Le Bordelais est discret. (voix off : tu oublis le Bordelais qui gueule « oh enculé, c’est gavé trop de monde ici, putain d’merde ça daille ! »). Il a le vélo vintage noir, selle en cuir naturel, coutures beiges, la caisse de vins est soudée sur le porte bagages arrière ! (celui des femmes, elle est accrochée au guidon parce qu’une femme prévoit les vols. Une Bordelaise prévoit tout. Oui Môsieur ! Oui Môdôme !). Le Bordelais n’habitera jamais Bègles ou Caudéran, le Bordelais habite #Bordeaux centre ! (faut pas déconner pourquoi pas « porte de Bagnolet » tant que vous y êtes ?) Métropole ou pas, c’est comme ça.

La Bordelaise

La tunique légère, longueur juste au niveau du genou ainsi que le long collier très fin (genre « je voyage moi Môdôme », tu peux chercher, jamais tu ne trouveras le même !). La Bordelaise a toujours une ceinture en cuir fauve, que ce soit sur la tunique ou sur le jean, c’est comme ça et vous devez l’accepter. Elle marche sur du plat, le talon ne lui sert à rien, elle est déjà (bien) élevée. Elle aussi porte les « Wayfarer » noires ou ébène (nan, on ne dit pas « marron » nan…. "ébène" ou "caramel"). La Bordelaise a toujours, par tous les temps, le « bag » qui déchire tout. Elle peut être habillée en jean, et Marcel noir, si elle a le sac qui illumine tout, alors elle sort de chez elle, sinon elle attend les soldes ou la grande braderie (sinon pour survivre, elle se fait livrer). La Bordelaise a la montre qui sort du lot, plutôt style métal-homme ou la tank (voire la reverso soyons fous). La Bordelaise a aussi le vélo noir, 3 antivols, des petits bracelets très fins aux deux poignets, un foulard qui dépasse du sac ainsi que « monsieur Canard » (le pouet-pouet de son chien) La Bordelaise porte deux bagues à la main droite : une au majeur, l’autre à l’auriculaire et un panama sur le sommet du crâne. La Bordelaise boit ses cafés en terrasse, parce qu’à Bordeaux elles sont chauffées, achète des chocolatines ou cannelés, et se moque quand une voiture avance alors que la borne n’est pas encore baissée.

Les critères

S’ils ne réunissent pas tous les critères ci-dessus ? Ce sont surement des Angevins, Bagnérais, Aptésiens, Asnièrois, des Parisiens, Canadiens, Toulousains, New Yorkais, Cristolliens, Italiens, Périgourdins, des Grassois, Isséens, ou Ezasques, Lausannois, Brivistes, Thaïlandais, Pondinois, des Castrais, des Meldois, Glanois, des Corses, Boulonnais, des Grecques, Lectourois, voire des Messins, Balbyniens, Milanais, Montreusiens, des Lillois,  ou des Ambertois, mais certainement pas des Bordelais de Bordeaux centreLa base #Bordelais, Bordelaises