L'annonce, postée sur la page de la marque de prêt-à-porter espagnole Desigual la veille des #Soldes et relayée par le hashtag #SeminakedInRed, a fait couler beaucoup d'encre sur les réseaux sociaux montpelliérains. De l'encre rouge, forcément (semi naked in red=à demi- nue en rouge).

Le magasin du centre commercial Odysseum, à quelques kilomètres de la préfecture de l'Hérault, promettait en effet aux cent premières clientes se présentant à 9 h du matin très peu vêtues et en rouge une tenue (un haut+un bas) gratuite. Un type d'opération qui n'est pas une première pour l'enseigne. Pour exemple, une opération similaire avait été montée en Belgique, à Namur, où, cette fois, les clientes devaient se présenter en soutien gorge.

Publicité
Publicité

Amusant ou borderline? A Montpellier, il semblerait que la seconde option a rapidement pris le dessus dans les débats sur les réseaux sociaux. "Affligeant", "on prend vraiment les gens pour des moutons", "se faire de la pub en demandant aux gens de se ridiculiser, c'est honteux" pouvait-on lire.

Les Pétroleuses (un groupe féministe très bien implanté et très actif à Montpellier) se déclaraient abasourdies et qualifiaient l'idée de "à vomir". Jointe le matin même, leur présidente, Barbara Glatz, qui n'a pourtant rien d'une "sainte nitouche", s'en étranglait presque: "C'est non seulement d*** mais scandaleux et horrible, expliquait-t-elle. On ne demande pas aux femmes ou à qui que ce soit de dévoiler son intimité en public pour un t-shirt gratuit. Depuis quand doit-on se prostituer pour des vêtements?"

La responsable du magasin, trop occupée en ce premier jour de soldes (sic) restait quant à elle injoignable.

Publicité

Malgré les critiques essuyées, l'évènement semble avoir remporté un certain succès (une centaine de participants) même si les hordes de consommatrices hystériques attendues étaient moins importantes que prévues.

Pour info, à 9h du matin à Montpellier, il faisait 2°. La marque espagnole n'a pas précisé si les frais médicaux pour bronchite ou autres rhumes carabinés des cent clientes en question seront pris en charge par la société. Ni les frais de psychologue pour s'être ouvertement ridiculisées en public pour une robe et un pantalon.

BN