Aujourd'hui, les Français changent leurs habitudes de consommation. Aujourd'hui, les agriculteurs vont de plus en plus mal. Aujourd'hui, la consommation de lait a baissé de 2.9% selon Syndilait.

Ce blog est spécialisé, comme son nom l'indique, dans le lait et propose sur son site des informations de tous genres le concernant. On peut donc légitimement supposer que ce pourcentage est vrai. Bien que l'information puisse paraitre anodine, surtout au regard des crises mondiales actuelles, elle n'en est pas moins importante. En effet, c'est à travers ce produit que quelques 75 000 exploitations laitières en France dépendent. Les répercussions économiques sont donc conséquentes bien que difficilement mesurables.

Publicité
Publicité

Politique européenne

Ce n'est pas faute d'avoir protégé cette filière agricole au niveau européen, puisque dès 1984 la production a été contrôlée en ayant deux mots d'ordre: stabilité et limitation pour faire face à la baisse des prix. En fait, le but était de limiter l'offre pour raréfier le bien (donc le lait) afin de faire monter les prix ou en tout cas minimiser sa baisse (puisque ce qui est rare est cher). Alors d'où vient le problème?

La faute aux jeunes

Apparemment les jeunes d'aujourd'hui sont en grande partie responsables. Du moins selon des analyses sociologiques nombreuses et irréfutables: les jeunes prennent de moins en moins de petit-déjeuners, source majeur de consommation du lait. Puis s'ajoute un deuxième phénomène: l'augmentation de l'intolérance au lactose dans la population française (le lactose étant une glucide présente dans le lait).

Publicité

La part de la population touchée serait de 10 à 20% d'après RTL, soit près d'une personne sur cinq.

A noter aussi que la politique de raréfaction du lait s'arrête le 1 avril 2015, et donc que conjuguée à la baisse de consommation, l'avenir des exploitations agricoles est incertain. C'est d'autant plus un problème que la France est encore à l'heure actuelle un pays très agricole au regard de ses voisins européens (Allemagne, Angleterre).

Il est donc plus qu"évident que dans les années à venir, les vaches vont avoir des vacances.

#Union Européenne #Agriculture