Alors que le tabac est largement montré du doigt, à juste titre d’ailleurs, mais qui rapporte tout de même beaucoup d’argent à l’Etat, la cigarette électronique est parvenue à prendre une place importante dans la société. Entre les pour, les contres, les détracteurs, les conseilleurs, les analyses et autres recherches scientifiques, difficile de se faire une idée objective sur ce sujet devenu brûlant ! Toutefois, il est tout de même évident de constater que la #Cigarette électronique ne regroupe pas les quelque 4.000 produits toxiques contenus dans le tabac et sa fumée.

 

On nous rabâche inlassablement que fumer nuit à la santé, pour inciter les fumeurs à arrêter de consommer ce produit, sans offrir de solutions d’aides efficaces.

Publicité
Publicité

N’oublions pas que le tabac est une drogue et qu’en tant que telle, s’en débarrasser est extrêmement difficile, voire impossible pour certains.

 

Augmenter le prix du tabac ne résoudra pas le problème ! Il n’y a que des non (anti) fumeurs pour imaginer le contraire. Il en va de même pour le passage au paquet unique ! Comment peut-on croire, ne serait-ce qu’une seconde, que parce que la couleur du paquet de cigarettes sera la même d’une marque à une autre, cela incitera les fumeurs à arrêter ? Alors que ce qui rend addict, c’est justement la composition, et les agents que chaque marque intègre dans le produit. Avec de tels arguments on pourrait presque se croire au pays de Candy, ou encore chez les Bisounours, ce qui revient à dire qu’on prend quelque peu les consommateurs pour des niais à défaut d’être idiots !

 

Test réussi !

 

Fumeuse, je l’ai été durant 34 ans, ce qui fait état d’une dépendance importante et accrue.

Publicité

A de nombreuses reprises, j’ai tenté d’arrêter sans jamais y parvenir. Il y a cinq mois, je me suis laissée tenter sans grande conviction par la cigarette électronique, non sans avoir parcouru le web de long en large, lu des dizaines d’articles autant pour que contre, cela pour rester dans un esprit objectif. Je me suis aussi fait conseiller sur le matériel parce qu’on ne mange une soupe avec une cuillère à café, il en va de même dans le cas présent. Si le matériel n’est pas adapté, le résultat ne pourra pas être positif.

 

Après 2 semaines d’utilisation, je constatais une nette diminution du tabac sans même y penser, et après un mois, je ne fumais plus. Aujourd’hui, après 4 mois d’utilisation journalière, je ne fume plus de tabac sans avoir eu aucun effort à faire, sans ressentir la moindre gêne. Mieux encore, je ne souhaite pour rien au monde recommencer. L’expérience s’avère donc être positive, mais surtout bénéfique, car le substitut s’avère efficace ! Les scientifiques n’hésitent pas à faire état de leurs recherches dans ce domaine et selon Jean-Paul TASSIN, neurologue chercheur au CNRS, "ce n’est pas la nicotine seule qui rend «addict» mais bien les autres composants toxiques contenus dans les cigarettes. […] En somme, les chercheurs ont réussi à trouver des composants moins dangereux que ceux des cigarettes, permettant de reconstituer les mêmes sensations afin de tromper le cerveau qui croit que le vapoteur consomme une cigarette, et donc comble un manque".

 

Alors, entre le tabac et la cigarette électronique, mon cœur ne balance plus, car il a trouvé sa voie.

Publicité

Certes, rien ne dit que la cigarette électronique n’est pas nocive, néanmoins, et dans tous les cas, il est de rigueur d’admettre qu’elle ne dénombre pas tous les produits toxiques contenus dans le tabac et sa fumée : monoxyde de carbone, acétone, méthanol, ammoniac, arsenic, chlorure de vinyle, naphtalène, goudron, mercure, etc.

 

Le grand perdant dans l’histoire serait plutôt l’État ! D’où une lutte contre la cigarette électronique, qu’il ne taxe pas (encore), et qui finalement lui est néfaste ! Attaquer la cigarette électronique sur tous les fronts est une idée, histoire d’ôter encore un peu de liberté aux consommateurs, notamment ceux qui par ce biais tentent de décrocher d’un poison redoutable !