La fililaire avicole au Cameroun, l'une des plus représentées, subit depuis quelques temps certaines intempéries due a l'apparition de la grippe aviaire. L'ACDIC (association citoyenne de défense des intérêts collectifs) et son mentor en la personne de Bernard Njonga, s'est ainsi donné l'objectif d'en finir avec ce désagrément qui cause la colère des aviculteurs.

 

Plus qu'une lutte citoyenne, un combat pour le rétablissement du secteur avicole 

Le phénomène grippe aviaire que l'on pensait être enterré aura une fois de plus fait un retour fracassant au Cameroun. Ainsi, depuis plusieurs semaines, les producteurs et revendeurs sur le marché ont vu leur commerce chuter, ce qui a plongé la plupart dans un chômage précaire.

Publicité
Publicité

De ce fait, la province de l'Ouest Cameroun étant la plus étendue a vu ses points de vente dévastés par des agents de l'État qui, à leur tour, agiraient selon les normes établies par le MINEPIA (ministère de l'élevage, des pêches et industries animales). Devant tant de carnage et de démolitions, c'est ainsi que de nombreux producteurs du secteur pratiquement dans toutes les villes du pays ont donc jeté leur tablier pour endosser des pancartes de protestations. 

 

La cherté de la vie, le chômage, la pauvreté et le manque de moyens matériels auront tôt fait de transformer ces vaillants débrouillards, la plupart dans le domaine de l'informel, en grévistes. Bernard Njonga assistera à ces manifestations, avec pour but de mettre la lumière sur ce phénomène de grippe aviaire qui est intervenu ici comme un élément de déstabilisation pour cette partie de la population.

Publicité

Le jeudi 30 Juin 2016, après une longue marche de protestation, le représentant de L'ACDIC se serait fait arrêté et embarquer par les forces de police pour trouble a l'ordre public.

 

Le lendemain, le vendredi 01 Juillet 2016, il fut relâché sous garant afin de comparaître au tribunal de grande instance de Yaoundé le 04 Juillet 2016. Ainsi ce Jeudi 07 Juillet, aux environs de 07 heures 45 minutes, 14.400 oeufs ont donc été déversés devant le MINEPIA en signe de protestation. Cet actualité si significative dénonce la destruction abusive de la filliaire avicole nationale suite a la gestion catastrophique de la "crise de la grippe aviaire".  

 

Cameroun

Yaoundé #Internet #Agriculture #Afrique