Charges de copropriété, taxe foncière, frais de notaires... l'acquisition d'un bien #Immobilier n'est pas forcément une bonne affaire. A l'heure ou les banques, les médias, les agents immobiliers nous serinent les bienfaits des baisses de taux, se porter acquéreur est d'avantage un réflexe traditionnel bien français qu'une vraie nécessité. "Maries toi, achète un appartement ou une maison et fais des gosses !" tel était, il y a peu encore, le leitmotiv imposé par la sacro-sainte bien pensante société de consommation française. Aujourd'hui il faut être mobile : les emplois ad vitam aeternam ne sont plus légion et l'impérative nécessité d'être libre de toute contrainte matérielle est un avantage certain.

Publicité
Publicité

Lorsque les entreprises ferment ou délocalisent, il est regrettable que des salariés perdent leur emploi sous prétexte qu'ils sont propriétaires d'un bien qu'ils n'ont pas terminé de payer, et qui les empêche d'envisager une mutation.

 

Il semblerait que la location soit aujourd'hui une nécessité pour tout travailleur ambitieux.

Les dogmes, aujourd'hui dépassés, de notre société (autre temps, autres moeurs) nous imposaient l'acquisition immobilière, symbole d'une vie sociale réussie. Aujourd'hui il parait plus que risqué de s'engager dans la vie avec un crédit sur 20 ou 25 ans en´pensant que la vie est un long fleuve tranquille. Entre divorce, licenciement, catastrophe naturelle et le reste, prendre ce chemin relève presque du suicide social. Qui peut-être certain de vivre 25 ans au même endroit ? Par ailleurs, compte tenu de l'instabilité sociale, beaucoup sont amenés à devoir revendre dans la précipitation et ce n'est pas chose facile en ce moment.

Publicité

 

Louer pour vivre libre !

Le locataire n'a aucune contrainte : il dispose d'un bien qui ne lui appartient pas, laissant à la charge du propriétaire l'essentiel des frais se rapportant au gros entretien et aux défaillance des installations, ainsi qu'à la mise aux normes. Quant aux investisseurs, la fiscalité toujours plus lourde, la baisse des loyers, les difficultés à se séparer de locataires indélicats, ils réfléchissent à deux fois avant de se lancer dans l'aventure. Plus prosaïquement, on doit se raisonner en admettant que nous vivons dans une époque où l'incertitude domine. D'aucun diront : "se porter acquéreur permet de ne plus avoir à payer de loyer !" ce qui est sémantiquement vrai, mais financièrement inexacte, car ce loyer ils le versent en fait à leur banquier sans savoir si ils parviendront un jour à solder ce crédit qui plombe le quotidien de leurs plus belles années de vie.

   #Investissement #Consommation