Si vous utilisez un compte #Facebook depuis au moins un an, vous avez sans doute déjà remarqué que certaines personnes postent des photos d’enfants malades et d’autres images choquantes, accompagnées d’un message de ce type : « Ne partez pas sans avoir commenté Amen » ou encore « Ceux qui ne partagent pas cette photo n’ont pas de cœur ». D’autres vont encore plus loin en écrivant « Pour chaque partage, Mark Zuckerberg (le patron de Facebook) s’engage à offrir 1$ pour l’opération de cet enfant. » D’après Time Magazine, ce type de publication est une #Arnaque qui peut engendrer de lourdes conséquences. En commentant, partageant ou en cliquant sur « j’aime » sur ces posts, vous ne perdez pas uniquement votre temps ; vous vous mettez également en danger. En effet, les arnaqueurs essaient d’attirer un maximum de personnes, en jouant avec leurs émotions. Une fois qu’une personne aime, commente ou partage la publication, les pirates commencent par collecter toutes les informations importantes à propos de cet internaute à travers son profil Facebook. Ils peuvent aussi pirater son compte et envoyer des messages à ses contacts. Dans certains cas, les arnaqueurs essaient de vendre un produit (qui n’existe généralement pas) aux contacts de cet internaute, et demande un paiement pour passer une commande (qui ne sera évidemment jamais livrée). Il arrive souvent que ces arnaqueurs piratent l’ordinateur des internautes pour récupérer des données confidentielles. Cela peut devenir particulièrement dangereux, car ils peuvent mettre la main sur des informations concernant des cartes de crédit. « De nombreux arnaqueurs utilisent des images qui vous manipulent émotionnellement. Dans la plupart des cas, il s’agit d’un moyen pour gagner de l’argent » confie Graham Cluley, un spécialiste de la sécurité en ligne, à BBC.

Arnaques sur Facebook, des familles entières sont traumatisées

Certains arnaqueurs contactent des utilisateurs de Facebook pour leur annoncer qu’ils ont gagné un prix, mais la récupération du cadeau nécessite une inscription à un service premium. Lors de l’inscription, il sera nécessaire de remplir un formulaire exigeant des informations très confidentielles. Mercredi dernier, Facebook a suspendu le compte d’un utilisateur qui postait régulièrement des publications frauduleuses. Dans l’un de ses posts, il annonçait à ses contacts que le patron du réseau social s’était engagé à financer le traitement contre le cancer d’un jeune garçon, si la publication atteignait un certain nombre de likes. Jeudi dernier, le site Buzzfeed a, à son tour, dénoncé une technique frauduleuse dans laquelle des photos volées d’un enfant atteint d’une forme sévère de varicelle avaient été utilisées pour arnaquer les utilisateurs de Facebook, en leur faisant croire qu’il s’agissait d’un enfant atteint du cancer. La mère de l’enfant a contacté Facebook pour que la photo soit immédiatement retirée. Par la suite, un porte-parole de Facebook a déclaré : « Ce type de publication cause une détresse émotionnelle aux familles concernées. (...) Nous nous excusons de vous avoir fait patienter avant de retirer les photos. » Facebook continue à encourager ses utilisateurs à signaler tout contenu dans lequel une promesse de don est faite en son nom, en l’échange de partages, de commentaires ou de likes sur des publications choquantes. #Piratage