Aux abords du Xème arrondissement de Paris, chocolat chaud à la main, cheveux lisses et ton engagé, Morgane Cohen, jeune femme entrepreneuse, présente Les Gâteaux de Tata Sylvie. Le concept ? Du cake #design sur mesure, sur le thème de votre choix. Insistant sur la qualité, elle prépare ses gâteaux avec des produits frais, parfois bio, et ne lésine pas sur la présentation. Entretien.

Pourquoi avoir lancé cette entreprise ?

J’ai toujours rêvé d’avoir ma propre entreprise. A force d’organiser des événements pour ma famille et mon entourage, je me suis dit, « pourquoi pas ? ». Au départ, je ne prenais pas vraiment ce projet au sérieux, ce n’était pas une idée de business profitable.

Publicité
Publicité

A ma grande surprise, j’avais ma première commande au bout de deux semaines. Je l’ai intitulé ainsi suite à une idée de ma cousine, qui s’est référé à ma mère, qui s’appelle Sylvie, et que mes copines surnomment souvent Tata. Lorsque l’on arrivait dans des fêtes, tout le monde disait « Tiens voilà les gâteaux de Tata Sylvie », j’ai trouvé l’idée pertinence, et je l’ai gardé.

Quel est le fonctionnement des Gâteaux de Tata Sylvie ?

C’est un rythme parfois très difficile, je ne cache pas que mes journées démarrent à 7 heures du matin et terminent à 3 heures le lendemain. Etre réactive envers mes clients est un devoir à mes yeux, je ne veux pas les faire attendre lorsque je reçois un message, même si je le reçois de nuit. De plus, je me doute qu’ils ont certainement effectué des demandes auprès de d’autres cake designers, je me dois de leur montrer que notre entreprise assure un service parfait.

Publicité

J’envoie de suite les informations nécessaires pour anticiper les questions. Je suis connectée en permanence sur mon téléphone, mais cela fait partie de mon job. Je gère toute la communication, les commandes, les paiements et je suis accompagnée d’une pâtissière. Ma mère m’épaule très souvent. En tant qu’ancienne maquilleuse, elle a le goût et le sens du détail. Lorsque je suis en déplacement à l’étranger, aucun gâteau ne sort de ma cuisine sans ma validation virtuelle. Nous commençons à avoir de plus en plus de commandes, je conseille à la clientèle de commander 3 semaines à l’avance. Le secret, c’est de bien s’organiser et d’avoir les bons matériaux. Il ne faut pas se leurrer, un moule à 5 euros n’aura pas le même rendu qu’un à 40 euros.

Comment entrevois-tu l’avenir de ton entreprise ?

A terme, j’aimerais si possible avoir un local à Paris. Je ne sais pas encore s’il s’agirait d’une boutique ou d’un showroom où les clients pourraient venir voir les modèles en polystyrène et discuter directement sur place de leurs préférences.

Publicité

Pour les commandes assez conséquentes, comme les wedding cakes ou les candy bars, cela me faciliterait clairement la tâche. J’aimerais aussi avoir un plus grand espace avec plus de matériel pour pouvoir assurer l’augmentation du nombre de commandes. Nous songeons de plus en plus à embaucher une personne supplémentaire. J’ai pour autre projet d’ouvrir un magasin à New-York. Cela nécessiterait beaucoup d’investissement financier et humain, la question ne se pose pas encore vraiment. Quoiqu’il arrive, je garderai ma cuisine actuelle ou mon éventuel local à Paris.

Avec des prix très compétitifs dès l’entrée de gamme, Les Gâteaux de Tata Sylvie fait partie des cake designers les moins chers et les plus qualitatifs du marché. Hauts en couleur, savoureux sans être étouffants, leurs articles reflètent à quel point Morgane, sa pâtissière et sa famille s’échinent pour ravir nos papilles. #gateaux #Consommation