Il était une fois l'époque des piscines comme lieux de partage et d'échange, sur le modèle des bains romains. Mais aujourd'hui, quand le nouveau visage patiné de la Piscine Molitor de Paris s'affiche en plein air, on peut effectivement affirmer, sans plus de doutes, que cette ère est maintenant révolue. Le retour sur le scène médiatique d'un lieu gorgé d'historique comme la mythique piscine du XVIe arrondissement s'accompagne d'une longue trainée de polémiques. Et tout ça parce que le Molitor neuf flambant qui vient de rouvrir (lundi 19 mai 2014) à surement subi une bonne et couteuse remise en beauté mais ne garde rien de son esprit d'ouverture originaire.

Publicité
Publicité

Seulement quelques particulier du design que intègre modernité et éléments vintage rappelle sa gloire.

Le Molitor, ouvert en 1929 et classée monuments historiques depuis 1990, renait de ces cendres sous une robe doré, et non seulement blanche, jeune moutarde et bleu comme les couleurs de la nouvelle déco. Plus de places pour le graffiti qui avaient caractérisé les lieux dans le dernières années, l'endroit qui a vu apparaître le scandaleux bikini en 1946, est désormais prêt a devenir un lieu phare pour la haute société française et internationale.

Le complexe qui à revu le jour après vingt-cinq ans de fermeture et offre à ses clients beaucoup de confort, des chambres, un spa et un restaurant à la page, peut conter sur nombreuses atout, mais il s'agit de services décidément pas bons marché.

Publicité

Pour accéder aux deux bassins aquatiques les fans d'aujourd'hui devront accepter de «laisser sur le comptoir» la considérable somme de plus de 4.000 euro, partagé entre l'adhésion au Club obligatoire et limité à un millier de membres parrainés, et un abonnement annuel. Seules exemptées les clients de l'hôtel cinq étoiles, que pourront en profiter sans rien devoir ajouter aux prix (bien sur pas économique) du séjour.

Le Molitor donc n'est plus si démocratique comme l'avait été dans le dernier quart de siècle et plutôt que servir d'espace d'expression à la créativité des artiste, ou de fournir un dépaysement à la porté des usager moyens, comme à son début, est maintenant rentré dans l'Olympe des fantastiques coins de la capitale accessible seulement aux portes-monnayes le plus lourdes. Les passionnées des piscines originales pourront toujours se rabattre sur celle des Amiraux, dans le dix-huitième arrondissement, mais quel dommage !

BN