C'est une première dans le monde du #Cinéma. "L'interview qui tue", film produit par Seth Rodgen et dans lequel figure son compère de toujours James Franco, ne verra pas le jour dans les salles obscures américaines. "Au regard de la décision prise par une majorité de cinémas de ne pas présenter le film "The Interview", nous avons décidé de ne pas le sortir en salles", a annoncé hier Sony. La raison de cette annulation est plutôt inédite, puisque les producteurs auraient plié face aux menaces de pirates informatiques. Sony Pictures, filiale cinématographique du groupe, avait subi un #Piratage en masse il y a quelques semaines. Le film avait alors été diffusé illégalement sur la toile des semaines avant sa sortie officielle, en guise d'avertissement aux producteurs : le film controversé devait être à tout prix censuré.

L'ombre de la Corée du Nord

Si "The Interview", ou "L'interview qui tue" en français, fait parler de lui depuis plusieurs mois, ce n'est pas tant par sa mise en scène incroyable ou ses acteurs charismatiques, mais bien parce qu'il s'attaque à un sujet plutôt... sensible. Dans le film, Seth Rodgen et James Franco sont deux présentateurs de talk-show américains, qui se retrouvent du jour au lendemain bombardés en Corée du Nord pour interviewer son dirigeant Kim Jong-un, et pour le tuer pour le compte de la CIA. Effaré par ce scénario "provocant", Kim Jong-un avait déjà demandé il y a quelques mois l'annulation du film, promettant de réagir violemment si la sortie était maintenue. Doit-on donc voir l'ombre du dirigeant nord-coréen dans le piratage massif de Sony Pictures? D'aucuns y croiraient, mais il est plutôt fort probable que ce soient les Américains eux-mêmes, déjà sous le coup des révélations sur les actes de torture commis par la CIA, qui souhaiteraient garder leur image intacte."Rappelez-vous le 11 septembre 2001. (...) Tout ce qui va se passer dans les prochains jours sera dû à la cupidité de Sony Pictures. Le monde entier dénoncera Sony", avaient déclaré les pirates informatiques il y a quelques jours, contraignant Seth Rodgen et James Franco à annuler leurs déplacements pour la promotion du film par crainte de représailles. 

À l'heure actuelle, Sony Pictures n'a pas encore confirmé si le film controversé sortira bel et bien dans le reste du monde. Mais vu les moyens engrangés pour le film, et l'intérêt immense des cinéphiles curieux de voir en images la raison de la colère de Kim Jong-un, "L'interview qui tue" devrait se retrouver dans nos salles obscures vers la mi-février 2015. #Internet