La tolérance n'est jamais acquise. Non. L'Homme est naturellement méfiant à l'égard de la différence. Méfiant voire opposé.

Parce que la différence faire peur. C'est ce que la société nous inculque pour ne pas qu'on se disperse, et pour que nous restions groupés, entre nous, qu'on puisse se créer une conscience et une idée homogène, collective, comme si le peuple n'était plus qu'un. C'est plus simple de nous manipuler comme ça.

Publicité

Or si nous sommes si forts, et si riches, c'est justement grâce à nos différences. Qu'il faut cultiver.

Pride, c'est la lutte des mineurs, contre la fermeture de leurs mines, soutenus activement par les revendicateurs homos dans les années 80 sous le gouvernement radical de Thatcher..

Publicité

Homos et mineurs au premier abord ne font pas bon ménage. Je vous laisse imaginer les ouvriers de province devant accepter l'aide des jeunes homos "bizarres, libertins et extravagants" venus de Londres. Mais finalement, l'histoire se déroule bien, tout le monde s'aime et s'accepte tel qu'il est. Parce que ce qui compte n'est pas ce que nous sommes apparemment, mais ce que nous voulons. Et nous voulons tous la même chose. Etre en paix.

Pride est une très belle leçon de vie. Un brin moralisatrice mais juste ce qu'il faut, pour nous faire ressentir que seule la lutte fait avancer la condition humaine.

Alors je digresse et pense au discours de Stéphane Hessel , Indignez vous. Pamphlet dans lequel il déplore la génération du monde moderne qui ne se révolte plus pour acquérir ses droits. Si ça n'est pas fait, lisez le, il procure beaucoup de courage et d'espoir.

Pride c'est un peu le même genre.

Publicité

Tout est construit de manière à ce que l'on se sente plus fort, plus grand, plus puissant. Quand on voit ce film, on comprend que tout est à portée de main. Mais pour avoir ce qu'on veut, il ne faut jamais baisser les bras, affronter ces peurs et les autres, ne reculer devant rien.

C'est souvent décourageant, mais en fin de compte on y gagne.

La clique que l'on connait bien, Bill Nighy, Imelda Staunton ou encore Ben Schnetzer, interprète admirablement ses rôles respectifs, avec toujours un "décalage anglais" subtil, fin, pertinent et drôle. Qu'est ce qu'ils sont forts ces anglais!

La BO est extra, au rythme de rock, rythm'and'blues, folk, des années 70 et 80, un régal pour les fans de musique vintage.

Donc si vous avez un coup de blues, si vous sentez que vous perdez confiance en vous, que vous perdez foi en l'humanité, si vous sentez que la vie est trop dure à affronter, ou que vous vous trouvez au pied du mur, regardez Pride. Et croyez moi, vos jours seront plus beaux, et vous vous sentirez invicibles.

Quel bel effet de la part du film de Matthew Warchus, plein d'humilité et de joie de vivre. A voir et à revoir! #Films #Cinéma