Tout commence en 1995 lorsque Denis Robert quitte le journal Libération qui a censuré l'un de ses éditos. Il se lance alors dans l'écriture de romans et surtout, tel Don Quichotte, dans une épopée dont il n'a alors aucune idée des tenants et des aboutissants.

Le film réalisé avec subtilité et intelligence par Vincent Garenq a tenu hier en haleine le public, lors de l'avant-première proposée au #Cinéma Star Saint-Exupéry à Strasbourg. Le scénario, qui possède tous les ingrédients d'un thriller, confère au spectateur les ailes d'Icare qu'il brûle en appréhendant la vérité avec Denis Robert et le juge Renaud Van Ruymbeke.

C'est cette recherche inlassable de la vérité qui va secouer le monde politique et celui de la finance de la Vème République avec la publication de "Révélations", l'un des livres de Denis Robert où la réalité défie toute fiction. Une guerre fratricide entre deux marchands d'armes et deux candidats à l'élection présidentielle va se dérouler sur trois années durant lesquelles Denis Robert essuiera une soixantaine de procédures, plus de 400 visites d'huissiers et fera l'objet de 63 plaintes émanant de Clearstream et des ses sbires...

C'est l'arrêt de la Cour de Cassation qui donnera au propre comme au figuré, le coup d'arrêt de cette machinerie infernale en disculpant Denis Robert sur les 22 points de diffamation dont il était accusé. Cet arrêt important pour tous les journalistes leur ouvre aujourd'hui de nouvelles perspectives quant à cette enquête qui est loin d'être terminée.

La société Clearstream poursuit toujours son business de blanchiment d'argent et d'évasion fiscale au su et au vu de tous et cela malgré l'enquête d'une commission parlementaire qui a tourné court car elle était présidée par Frits Bolkestein, juge et partie, dans cette affaire. Mais pour Denis Robert, les temps ont changé, et la crise économique lui semble propice à une prise de conscience des parlementaires, des politiques mais surtout de celle des citoyens qui découvriront ce film admirable, servi avec beaucoup de brio par Gilles Lelouche (Denis Robert) et Charles Berling (le juge Van Ruymbeke).

Un film à voir et à soutenir absolument en ces temps difficiles où la liberté d'expression est si ignominieusement bafouée! #Films