Evacué dès septembre 1939, le village de Kunheim situé en Alsace, est gravement touché lors de l'offensive allemande le 16 juin 1940.

Comme l'expliquera l'une des doyennes du village, Irène Hahn (née Gantz), une grande partie de la population avait dû se réfugier à Casteljaloux en Lot-et-Garonne. Mais lors de la libération du village par les Américains le 2 février 1945, la localité est à nouveau affectée par les tirs de l'artillerie allemande.

C'est cet événement marquant pour l'#Histoire du village mais qui s'inscrit également dans l'histoire avec un grand H que les habitants viennent de commémorer dimanche 1er février 2015.

Un défilé réunissant les anciens, les pompiers, les musiciens de l'Echo du Rhin, la chorale, les enfants de l'école, a parcouru les rues pavoisées du village avant de s'incliner devant le monument aux morts où le maire, Eric Scheer, rappela le devoir de mémoire qui incombe à chacun d'entre nous. Thème largement repris par son adjointe Maryse Walter lors des retrouvailles à la salle des fêtes où elle mit l'accent sur l'importance des rencontres intergénérationnelles.

Car l'intérêt et la réussite de cette rencontre comme bien d'autres dans de nombreuses villes et villages de France réside sans aucun doute dans les témoignages des anciens qui ne sont plus guère nombreux.

Ces témoignages ont été lus par ceux qui avaient vécu ce jour exceptionnel ou par leurs petits-enfants, voire leurs arrière-petits-enfants. Tous les souvenirs se recoupaient, ceux d'Irène Hahn, de Raymond Gantz, de Jean-Jacques Urban, d'Edith Spindler, de Marie Gantz et de bien d'autres suscitèrent la même émotion.

Chacun évoqua les nuits passées dans la cave où couchés sur un matelas de fortune au-dessus d'un lit de pommes de terre ou de betteraves, les uns et les autres attendaient la délivrance sous un déluge d'obus.

Les anciens, dont la plupart n'étaient que des enfants, ont encore en mémoire l'arrivée des Américains. C'est avec une joie enfantine qu'ils se sont remémorés la découverte de nourritures jusque-là inconnues: la viande en conserve, le chewing-gum, le chocolat, le dentifrice...

Mais en cette journée de commémoration, les figures des disparus, celles des malgré-nous incorporés de force dans la Wehrmacht et tombés sur le front russe rappela à tous que des hommes et aussi des femmes avaient sacrifié leur vie au nom d'une liberté chèrement acquise.

Kunheim, un village parmi tant d'autres, a souhaité transmettre aux jeunes générations les valeurs universelles fondées sur la paix, la tolérance et l'amitié entre les peuples.