Le prochain numéro de #Charlie Hebdo sortira en kiosque le 25 février, soit 40 jours après le «numéro des survivants», tiré à plus de 7 millions d'exemplaires après les attentats de Paris.

Le journaliste Laurent Léger, rescapé de l'attaque terroriste du 7 janvier, l'a annoncé sur son compte Twitter, ce lundi : « Enfin! Encore un peu de patience, mais @Charlie_Hebdo_ ressortira le 25 février. Rendez-vous donc dans tous les bons kiosques ».

Ce nouveau numéro de 16 pages est préparé dans les locaux du journal Libération, comme l'expliqué le rédacteur en chef, Gérard Biard. Aucune information n'a été apportée quant aux sujets qui seront abordés dans cette édition. Seul Riss, le nouveau directeur de publication, a déclaré le 23 janvier sur Europe 1 qu'elle ne contiendrait « probablement pas » de caricature de Mahomet.

La Une de la controverse

La Une du premier numéro sorti après l'attentat perpétré contre les journalistes de Charlie Hebdo, avait soulevé la controverse, le 14 janvier dernier, puisqu'elle montrait une nouvelle caricature de Mahomet signée Luz, accompagnée du message suivant : « Tout est pardonné ». Une manière pour la rédaction du journal de tenir tête à ceux qui voudraient tuer l'hebdomadaire et plus largement la liberté de la presse.

Le prochain numéro sera un test après le tirage record du « numéro des survivants » traduit dans 16 langues et distribué dans 25 pays. L'hebdomadaire satirique n'était tiré qu'à 60 000 exemplaires avant les attentats, la tâche sera donc difficile pour les responsables de la distribution. Il faudra imprimer suffisamment d'exemplaires pour répondre aux demandes des lecteurs, sans non plus en imprimer trop.

La solidarité au secours du journal

Depuis le drame qui a touché la rédaction de Charlie Hebdo, le nombre d'abonnements au journal a considérablement augmenté. Nombreux sont ceux qui ont souhaité se montrer solidaires à leur tour, en faisant un don à l'hebdomadaire qui rencontrait de grosses difficultés financières avant l'attentat. A travers ce geste, les lecteurs ont sauvé leur journal. #Journalisme