Comme chaque année, le grand défilé organisé dans le 13ème arrondissement de la capitale à l'occasion du Nouvel An chinois a attiré plusieurs milliers de Parisiens. Pendant plus de quatre heures, entre l'avenue d'Ivry, la place d'Italie et le boulevard Masséna, près de 200 000 curieux se sont déplacés pour assister à ce feu d'artifice de couleurs, de senteurs et de musiques. Des spectateurs qui avaient pour la plupart pris le soin d'arriver bien avant le coup d'envoi du défilé, donné aux environs de 13h par le maire du 13e Jérôme Coumet, avec la participation de la maire de Paris Anne Hidalgo, du Premier ministre Manuel Valls et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, "pour avoir une bonne place, et pour bien voir les costumes et les dragons" témoigne une mère de famille venue avec ses enfants. Massée sur les trottoirs le long des rues ou postée aux fenêtres, appareils photos et téléphones en main pour immortaliser le moment, la foule se régale des costumes traditionnels et des danses folkloriques qui ouvrent le cortège, au rythme des cymbales, des "xin nian kuai le" (bonne année en chinois) et des "bonne santé" lancés par les participants au public. Les plus chanceux ne ratent rien du spectacle, perchés sur les épaules des parents, pendant que les plus téméraires s'offrent un point de vue privilégié, sur les feux de circulation, les arbres ou les lampadaires.

Un festival de couleurs et de parfums

Associations, écoles et autres clubs se succèdent, délivrant aux curieux un festival de masques, de bannières colorées, de lampions, de poissons ou encore de soleils. Moines shaolins et samouraïs enchaînent les démonstrations, pendant que les femmes vêtues de hanfus saluent les passants. Alors que la parade continue de s'étirer dans les rues du plus grand quartier asiatique d'Europe, les célèbres dragons virevoltants, principale attraction du défilé, font enfin leur apparition, sous les applaudissements de l'assistance, émerveillant petits et grands : "Oh il est beau ! Papa filme le dragon ! Filme le dragon !" s'exclame ainsi un jeune spectateur, pendant que chacun tend le bras dans l'espoir d'effleurer la créature. "Ça porte chance de toucher le dragon", explique Julie, une observatrice enthousiaste. "Celui-là apporte le bonheur, et celui-ci amène la richesse", précise-t-elle. Au fil de l'après-midi, chars, guerriers, spectacles d'éventails et drapeaux animent ce carnaval oriental : "Pas besoin de prendre l'avion pour aller à Rio, ce carnaval est encore mieux", plaisante Marine, amusée par ce ballet fantaisiste. Rouge, jaune, vert, bleu, orange, rose, les confettis et les couleurs pleuvent sous le soleil hivernal qui accompagne ce pèlerinage annuel. À cette peinture pittoresque viennent s'ajouter les senteurs des centaines de bâtons d'encens distribués aux passants. Puis le bruit des pétards, lâchés par centaines pour faire fuir les mauvaises ondes et les esprits malfaisants à l'heure de la nouvelle année, couvre celui des tambours qui cadençaient jusque-là le défilé.

Un véritable succès

Alors que certains prolongent les célébrations, le cortège finit petit à petit par s'éparpiller : "C'était un beau défilé, haut en couleurs, festif, multiculturel aussi" souligne Camille. Cet après-midi, en effet, toutes les "communautés" qui font le métissage de la capitale ont pris part aux festivités du Nouvel An chinois, que ce soit en tant qu'acteur dans les rangs du cortège, ou en simple spectateur. "C'est aussi une belle occasion de découvrir une autre culture, des traditions différentes, c'est enrichissant" rajoute-t-elle. Pour Liang, originaire de la province du Yunnan, dans le sud de la #Chine, c'est un "moment privilégie. Un moment de réjouissance, de rassemblement, et de partage, dans la bonne humeur." Le défilé du Nouvel An chinois, c'est aussi un succès commercial. Les souvenirs se vendent comme des petits pains et une fois la parade terminée, restaurants et pâtisseries asiatiques sont pris d'assaut, histoire de faire durer le plaisir de cette journée de fête. #Paris culture