« Toute la vie, » c'est le nouvel hymne des Enfoirés composé par Jean-Jacques Goldman, personnalité préférée des Français, dont le clip a été dévoilé vendredi dernier. Il met en scène l'échange entre un groupe de jeunes face aux Enfoirés: « Vous aviez tout: liberté, plein-emploi. Nous, c'est chômage, violence et sida. » Et les chanteurs de répondre: « Tout ce qu'on a, il a fallu le gagner, à vous de jouer, mais faudrait vous bouger. » Une chanson qui n'a pas été très bien accueillie par les Français qui la considèrent comme étant une leçon de morale mal placée..

Certains membres des Enfoirés ont tenté d'apaiser la polémique qui règne depuis quelques jours. A commencer par Maxime Le Forestier invité au micro d'Europe 1 qui n'a pas mâché ses mots: « Dans cette chanson-là, les vieux sont aussi cons que les jeunes et les différentes générations se disent leur quatre vérités. On a l'impression que les gens cherchent quelque chose pour mal le prendre, quitte à faire des contresens. C'est plutôt la montée de l'intolérance et de la connerie qui m'affectent. »

De son côté, Marc Lavoine réagit et son soutient son confrère Jean-Jacques Goldman sur son compte Facebook: « Accuser Goldman d'être réactionnaire, par-delà son caractère absurde c'est aussi vouloir empêchent un artiste de jouer avec ses mots pour tenir à distance les maux qui nous gangrènent: refus de la faim et de la misère. »

Lââm s'insurge sur Twitter

Auparavant, la chanteuse Lââm était également intervenue sur cette polémique en tenant des propos inappropriés sur Twitter: « Je commence a en avoir vraiment ras les couilles que des gens critiquent Jean Jacques Goldman et vous vous faites quoi pour les pauvres ? Aux enfoirés on mange tous a la cantine pas au Fouquet's et Jean Jacques Goldman mange avec nous avec les bénévoles et techniciens. Les gens qui pensent que les artistes sont payés et viennent aux enfoirés faire leurs promo je trouve ça triste... la France a faim merci. » Des messages très vite suivis de ses plates excuses: « Pardon pour ma vulgarité, toutes mes excuses. J'ai pété un boulon, j'en avais marre. Je fais encore mes excuses, franchement, j'étais énervée. […] Suite aux insultes de certaines personnes, j'ai pété un câble. […] Je regrette d'avoir été vulgaire. »
#Musique