Avec l'arrivée du printemps et de ses évènements littéraires immuables, la France se pose chaque année la même question : le livre n'est-il pas mort ? Les Français lisent-ils encore ? C'est presque devenu une tradition. Et, année après année, surpris par les résultats, tout le monde se rassure en constatant que oui, le livre a encore de beaux jours devant lui.

Le goût de la lecture

Cette semaine, les résultats de l'étude Ipsos « Les Français et la #Lecture » commandé par le Centre national du Livre ont été révélés. Un panel de 1000 personnes, représentatif de la population française de 15 ans et plus a été interrogé par téléphone sur leur rapport à la lecture. Première donnée significative : 90% des Français affirment avoir lu au moins un genre de livre au cours des 12 derniers mois : 93% femmes et 87% hommes.

Parmi eux, seulement 19% ont lu un livre en format numérique, 89% lui préférant encore le format papier. Un livre encore bien ancré dans la culture française malgré l'omniprésence des écrans et le pilonnage d'Amazon qui détruit le marché du livre de plus en plus massivement.

Les vieilles dames lisent plus que les jeunes hommes

Si les Français aiment lire, puisque 48% d'entre eux déclarent lire « tous les jours ou presque » et 21% lire « beaucoup », les rapports à la lecture sont différents selon l'âge et le sexe. Pour résumer, on pourrait dire que les vieilles dames lisent plus que les jeunes hommes, même si la jeunesse française âgée de 15 à 24 ans lit plus que toutes les autres classes réunies, mais moins souvent.

Chez ceux qui lisent le plus, on trouve 27% de femmes et seulement 16% d'hommes. Une prédominance féminine que l'on retrouve souvent dans les milieux culturels et qui s'accentuent avec l'âge. Il n'y a qu'à entrer dans un théâtre pour se rendre compte de la prédominances féminine dans le public culturel.

Les femmes s'évadent, les hommes se cultivent

Si la lecture trouve son public à tout âge, les goûts varient de l'un à l'autre, que l'on soit un homme ou une femme. Ainsi les femmes préfèrent les romans : ils représentent 81% de leurs lectures alors que leurs homologues masculins penchent plutôt vers les #Livres historiques (40%) et les BD (35%). Les livres pratiques sont aussi bien positionnés : 42% chez les femmes pour 29% chez les hommes, tous âges confondus.

Les plus jeunes, quant à eux, sont friands de littérature Heroic-fantasy et de Science fiction ; elle représente 47% des lectures des 15-24 ans.

Si chez les plus jeunes, la lecture est associée à l'acquisition de connaissances liée aux études (59% d'entre eux affirment lire pour approfondir leurs connaissances), elle devient un loisir source de détente avec l'âge. Mais là encore, hommes et femmes n'ont pas les mêmes motivations : Si 72% des femmes ouvrent un livre pour se détendre et 55% d'entre elles pour « s'évader du quotidien », les hommes sont 71% à lire pour accroitre leur savoir dans tel ou tel domaine. Plus ils sont diplômés et plus cette proportion est importante.

Au final, un lecteur sur deux aimerait lire davantage mais ne le fait pas, par manque de temps pour 73% d'entre eux. Le prix et l'accessibilité n'étant pas des obstacles à leurs lectures. Une étude plutôt encourageante et qui confirme le bon ancrage du livre dans la culture française, même auprès des plus jeunes, que ce soit en papier ou en format numérique.

Marc Levy, l'auteur préféré des Français

Si ce type d'étude est plutôt récurrent, aucun sondage officiel n'avait jusqu'alors révélé quels auteurs lisait très précisément le public français. Le sondage exclusif OpinionWay / Le Figaro publié cette semaine y répond enfin et dévoile les auteurs préférés des Français. Chez les classiques, c'est Victor Hugo qui remporte l'adhésion générale, suivi par Marcel Pagnol et Jules Vernes. Loin derrière, Arthur Rimbaud à la 17ème place et en fin de classement, Marcel Proust, 29ème avec moins de 5% des votes. Parmi les romanciers vivants, c'est l'auteur français Marc Levy qui arrive très largement en tête avec plus de 25% des personnes interrogées. L'académicien Jean d'Ormesson arrive juste derrière, suivi par Guillaume Musso. L'historien Max Gallo et la romancière Amélie Nothomb sont à la quatrième et à la cinquième place. Des auteurs populaires, très présents dans les médias et dont les ouvrages peuplent chaque matin les rames de métro du pays. Finalement, un top cinq qui valide l'étude Ipsos sur la préférence des Français pour le roman et l'histoire.

Une culture populaire qui boude les grands écrivains 

Une lecture populaire qui reste bien loin des prix littéraires et des grands romanciers : Le Nobel Jean-Marie Le Clézio n'arrive qu'à la 18ème place. Patrick Modiano, est quant à lui classé 20ème. Deux positions qui en disent long et un classement qui nous interroge à nouveau sur la culture populaire d'hier et d'aujourd'hui. Qu'est ce qui fait qu'une œuvre devient populaire ? Dans nos sociétés actuelles, l'érudition et l'exigence sont-elles devenues inévitablement des freins à la popularité...? Le débat est toujours ouvert.