Volgelsheim, petit village du Haut-Rhin, situé au bord du Rhin entre Neuf-Brisach et Breisach, accueille depuis samedi 18 avril une exposition qui offre la part belle aux créateurs contemporains africains.

Le vernissage s'est déroulé samedi en présence d'un chef coutumier venu du Burkina Faso et du maire de Volgelsheim, Philippe Mas, qui a salué cette heureuse initiative et le travail des bénévoles qui l'ont initiée avant de souhaiter au public un voyage immobile dans son village au coeur même de l'#Afrique.

Les trois artistes qui présentent leurs créations se connaissent depuis une vingtaine d'années et se sont tous formés à l' école des Beaux-Arts de Dakar. C'est la deuxième fois qu'ils reviennent exposer à Volgelsheim, d'où le titre de leur manifestation Leungo 2, Hand to Hand.

C'est ainsi que Vieux Niang, né à Matam au Sénégal, s'est inspiré de la friperie que l'on vendait sur les marchés de Colobane à Dakar et insère parfois des tissus aux couleurs vives dans ses toiles. Installé depuis quinze ans en Alsace, il restitue les couleurs chaudes de son Afrique natale dans ses tableaux aux noms évocateurs "Eros", "Danse nuptiale", "Soleil de printemps à Galsen", etc. Il donne la parole à ceux qui ne l'ont pas dans "La voix des sans voix" et dans "Dakar moon", c'est l'âme de l'Afrique que l'on appréhende au-delà des mots mais dans la lumière.

Khalifa Ababacar Dieng est un plasticien, designer, scénographe, il a été conservateur au musée de Boribama à Dakar. Ses peintures nous incitent à la réflexion, les titres de ses oeuvres en témoignent. Dans la série "Qui suis-je", les personnages ne sont pas identifiés, ils semblent traverser le temps et s'interroger sur leur destinée. La relation aux "objets familiers" est également une source d'inspiration ainsi que nos "gestes quotidiens"qui nous font pressentir un entre-deux intemporel.

Momar Seck a participé au Dak'Art et à de très nombreuses expositions en Suisse, notamment à la Kunsthalle de Berne. Installé en Suisse, il est professeur d'arts visuels à l'école internationale de Genève. Ses oeuvres, comme le nom de l'une d'entre elles l'indique, nous octroient la "poésie des couleurs et des matières", nous ouvrant ainsi des chemins lumineux qui nous ramènent vers notre entité.

Le groupe Solifasso a prolongé en musique cette magnifique exposition visible encore quelques jours, faisant vibrer l'âme de l'Afrique avec les rythmes du Burkina Faso, du Sénégal, du Mali,... La musique des djembe, les chants africains, la zumba mâtinée de salsa, de merengue ou de reggaeton ont sans nul doute fait voyager l'imaginaire d'un public ravi et conquis.