Un palmarès sans grande surprise : les plus belles récompenses sont allées aux favoris de cette 68e édition du Festival de Cannes. Après des années de patience, le cinéaste français Jacques Audiard a reçu la Palme d'or pour son dernier long-métrage intitulé Dheepan.

Ce film, qui raconte l'histoire de réfugiés sri-lankais tentant leur chance dans une cité parisienne difficile, a su séduire les neufs membres du jury. Gagnant du Grand prix du jury en 2009 pour Un prophète, Jacques Audiard s'empare cette année de la plus prestigieuse des récompenses à Cannes.

Les Français, grands vainqueurs

Pour cette 68eme édition du Festival de Cannes, les Français ont su tirer leur épingle du jeu. Alors que Jacques Audiard remporte la Palme d'or, l'acteur Vincent Lindon a reçu le Prix d'interprétation masculine pour son rôle dans La loi du marché, de Stéphane Brizé. Dans ce film, sorti au #Cinéma le 19 mai dernier, il incarne un chômeur de longue durée qui débute un nouveau travail et se retrouve confronté à un dilemme moral.

Quant au Prix d'interprétation féminine, il a été attribué ex-aequo à la Française Emmanuelle Bercot pour son rôle dans Mon Roi, de Maïwen et à l'actrice Rooney Mara pour son rôle dans Carol, de Todd Haynes.

Pas de surprise au palmarès

Sans surprise, le Grand prix revient au réalisateur hongrois Laslo Nemes pour Le fils de Saul. Ce premier long-métrage du cinéaste suit le quotidien d'un déporté d'Auchwitz faisant partie des commandos forcés d'aider les nazis dans leurs actes d'extermination.

Le Prix du jury a été attribué au cinéaste grec Iorgos Lanthinos pour The Lobster. Ce long-métrage, qui met en vedette Colin Farrell et Léa Seydoux, a été qualifié d' « OVNI brillant et original » par les critiques.

Le Prix de la mise en scène a été remis à un autre grand favori de ce festival : le cinéaste taïwanais Hou Hsiao-Hsien pour The Assassin. Une véritable consécration pour le réalisateur déjà très apprécié dans les festivals.

Enfin, le Prix du scénario a été attribué au Mexicain Michel Franco qui a présenté Chronic, dans lequel Tim Roth soigne des patients en fin de vie.