Ce prix octroyé chaque année à un jeune artiste contemporain de moins de quarante ans a distingué en 2014 Benjamin Just, sélectionné parmi 130 candidats!

D'une valeur de 5000€, ce prix exceptionnel met en lumière le travail remarquable d'un jeune artiste de 25 ans qui dit de lui-même qu'il est passé de l'artisanat à l'#Art.

Un parcours atypique 

Car en effet, le parcours de Benjamin Just est très atypique. C'est à l'adolescence qu'il noue une relation particulière et privilégiée avec le bois qui devient pour lui un matériau de prédilection. Il décide de devenir ébéniste, puis après son apprentissage il se tourne vers l'école Boulle où l'artisan se meut en artiste...

Enfin c'est à la Haute Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg, où il poursuit actuellement son cursus, que Benjamin Just développe sa réflexion en s'appuyant sur une technique qu'il maîtrise à merveille.

Une oeuvre qui invite à la reflexion spirituelle 

Sur le thème du concours "Construction/ Reconstruction" du prix Contemporary 2014 qu'il a remporté, les recherches de Benjamin Just ne pouvaient pas mieux convenir. En témoigne l'exposition d'une partie de ses oeuvres actuellement visible au Temple Neuf à Strasbourg jusqu'au 21 mai.

Benjamin Just y a reconstruit un arbre immense, au préalable tronçonné, en lui redonnant une colonne vertébrale qui traverse tout l'espace, les branches montant allègrement vers la chaire et l'autel. La symbolique y est évidente et nous renvoie à l'arbre de vie de la Genèse.

L'arbre tronçonné puis reconstitué évoque également la résurrection, il représente sans nul doute notre passage ici bas. Les racines terrestres ont disparu, l'arbre tronçonné revit et se tourne vers des racines célestes dans lesquelles il puise la lumière...

C'est bien évidemment la présence de cette oeuvre in situ qui lui confère toute sa puissance spirituelle et nous permet de renouer avec notre inconscient collectif ancestral. L'arbre et le sacré dialoguent depuis des temps immémoriaux, nos bras et les branches se font indéniablement signe depuis toujours!

Lors du vernissage de cette exposition, la magnifique performance chantée de Lorraine Tisserant sur un très beau texte d'Hélène Lacoste a fait vibrer l'âme de tout un chacun en lien avec celle de l'arbre...

Il nous reste à nous interroger encore et toujours sur le rôle et la place de l'homme dans une nature qu'il ne cesse de fragiliser et de détruire pour un profit, somme toute, bien dérisoire! #Strasbourg culture