C'est parti pour 10 jours étranges au Forum des Images, à Paris. Et c'est avec un certain chauvinisme non dissimulé que le Festival s'est ouvert : l'avant-première de Ni le Ciel, Ni la Terre. Un trip guerrier français qui augurait une expérience du 3ème type festive. Que nenni.  

Ni le Ciel, Ni la Terre... Ni le scénario 

Ni le Ciel, Ni la Terre, un film de Clément Cogitore. Avec : Jérémie Renier, Kévin Azaïs, Swann Arlaud... Sortie le 30 septembre 2015

Afghanistan 2014 : A l’approche du retrait des troupes, le capitaine Antarès Bonassieu (Jérémie Renier) et sa section sont affectés à une mission de contrôle et de surveillance dans une vallée reculée du Wakhan, frontalière du Pakistan.Malgré la détermination d’Antarès et de ses hommes, le contrôle de ce secteur supposé calme va progressivement leur échapper.Une nuit, des soldats se mettent à disparaître mystérieusement dans la vallée... 

Contrairement au paradigme fièrement proclamé par le producteur du film : "Qui dit tournage catastrophique, ne dit pas forcément film mauvais", la réalité a rapidement confortée les clichés intrinsèques aux productions françaises dites étranges : "C'est pas mal joué, y'a un style visuel, mais qu'est-ce qu'on se fait ch*** !!!" Issu du cinéma expérimental, Clément Cogitore s'essaye à la #Fiction, avec une oeuvre qu'il définit comme "un faux film de guerre, un faux film fantastique, juste un film étrange". Tellement étrange qu'il tend au non sens cinématographique.

Ce n'est ni le "pourquoi" ni le "comment" ni le "par qui" à l'origine de ces mystérieuses disparitions qui intéresse Clément Cogitore, mais le quotidien abscons de ces soldats paumés dans ce faux remake de LOST à la montagne. Le capitaine Antarès Bonassieu est frustré de ne pas dégommer de l'afghan et s'ennuie fermement, Un sentiment hélas partagé et appuyé par un rythme lénifiant qui plombe toute immersion dans ce faux docu-fiction. A trop jouer la carte de l'étrange dans sa narration, NCNT se classe dans la catégore OFNI sans scénario. #Films