Les forces politiques de choc qui ont pris en main notre destinée, se sont enfin attaqués à l'un des points les plus préoccupants de notre existence : la suppression de l'accent circonflexe ! Il était temps qu'un gouvernement prenne la décision fatidique et mette "l'accent" sur un drame dont l'ampleur est récemment devenu angoissante.

 

Pour bien comprendre le problème, il suffit de tendre l'oreille vers les commentaires télévisuels et radiophoniques : quasiment tous les "journalistes" ayant zappé un cursus professionnel digne de ce nom, ne savent pas prononcer correctement la lettre "0", car il y a fort à parier qu'ils n'en connaissent pas l'orthographe appropriée. Prenons pour exemple une présentatrice bien connue pour ses prestations "sensationnelles", à un point névralgique de la #Télévision française: la météo ! Cette charmante personne est totalement nulle en matière de prononciation des sons "au", "o" et "ô" ! Et c'est ainsi que l'on touche au point sensible de la langue de Molière, à tout ce raffinement unique qui nous a bien pourri l'existence au cours des dictées, mais dont nous sommes fiers d'avoir vaincu la complexité. Très chère madame météo, lorsque vous annoncez des orages sur la "cote d'Azur...", vous perdez tous vos points concernant votre cote de valeur. Je ne vais pas vous encombrer l'esprit avec la "cote de mailles" et la "cote de travail" de votre mécanicien préféré, mais disons pour résumer, qu'un accent circonflexe ça sert aussi à parler correctement.

 

Pas étonnant que la ministre de l'inculture se soit penchée sur ce douloureux dossier. D'ailleurs, pour ma part, j'en ai vraiment marre de devoir saisir tous ces accents sur mon clavier, et je trouve que ce serait bien plus simple de s'accorder sur un seul, plutôt que de s'escrimer à des choix ardus. J'y ai réfléchi avant de transmettre une lettre sans accent à notre chère ministre, mais je me suis dit que cela occasionnerait un sérieux dommage à la langue parlée.

 

Le pouvoir en place, dans son manifeste dessein de vouloir guillotiner tout ce qui ressemble à des héritages trop français, organise une purge visant à faire admettre petit à petit un style de langage que l'on considère aujourd'hui incorrect. Ces altérations de la langue parlée font partie des nivellements par le bas préconisés par les socialistes. Le fameux "droit à la même chance pour tous." Pitoyable !

 

Que la rédaction de Blasting News se rassure : je résisterai à cette basse manoeuvre car je suis très fier de mettre un point (accent...) d'honneur à tenter d'écrire notre belle langue comme il se doit. Si nous devions céder à toute les facilités et se contenter d'un langage écrit essentiellement basé sur la phonétique, nous toucherions le fond du fond et y perdrions notre âme. La prochaine fois nous aborderons l'usage incorrect de "très" et "trop", car là aussi il y a de quoi dire ! Mais bon, "quand c'est trop, c'est trop !". #Lecture #Journalisme