Docteur Gainsbourg et Mister Gainsbarre… ou le génie créateur et sa créature. A force de se bourrer (la gueule), Gainsbourg s'est barré ! Son cœur a fini par lâcher ! Gitanes exit ! C'était le samedi 2 Mars 1991, dans la soirée… Le dimanche 3 Mars, à 9 heures, quand j'ai appris la nouvelle à la radio, j'étais plus surpris que vraiment triste. Et pourtant, la disparition d'un tel personnage, usé par ses excès, était prévisible. A se demander comment il avait (sur)vécu jusqu'à 62 ans !? Bien sûr, je connaissais Mister Gainsbarre, le provocateur alcoolique souvent invité, pour le meilleur et souvent pour le pire, dans les émissions télévisées.

 

Je connaissais ses chansons "Aux armes et cætera", "Love on the beat", "Vieille canaille" (duo avec Eddy Mitchell), que j'avais programmées dans mon émission de radio, en 1987/1988.  Mais, en dehors de l'album "Love on the beat", que m'avait fait découvrir mon cousin, qu'est-ce que je connaissais vraiment des albums de Serge Gainsbourg ? En fait, pas grand-chose… Ne pouvant plus voir Gainsbourg sur scène (j'avais raté son concert de 1988, à Bruxelles), il ne me restait plus qu'à me faire ma discothèque personnelle. Merci la Médiathèque ! Et à me lancer à la chasse aux bouquins, une manie d'ex-libraire… Et j'ai été de surprises en surprises, découvrant qui était vraiment Serge Gainsbourg !

 

J'ignorais que Gainsbourg avait été peintre, pianiste de bar, photographe, acteur et cinéaste (enfin, j'en avais parfois entendu parler, mais c'est tout). Il a fallu que je lise "Gainsbourg", l'excellente biographie de Gilles Verlant, pour commencer à distinguer le véritable Docteur Gainsbourg, derrière l'écran de fumée et de vapeurs alcoolisées de Mister Gainsbarre. Et les surprises se sont succedées à la lecture de ce livre, basé sur les interviews de Serge Gainsbourg et les témoignages de ses proches (surtout Jane Birkin) et d'autres artistes avec qui il avait collaboré (Alain Bashung, Alain Chamfort, Juliette Greco).

 

Un peu comme une photographie argentique (une des passions de Gainsbourg) qui se révèle dans les différents bains chimiques, j'ai vu apparaître un portrait qui n'était plus seulement noir et blanc, mais de plus en plus riche en couleurs. Un véritable portrait, fascinant, que j'ai affiné avec d'autres livres :

  • "Dernières nouvelles des étoiles", textes de ses chansons (1958-1990)
  • "Gainsbarre. Les secrets de toutes ses chansons 1971-1991"
  • "Evguénie Sokolov". Le seul et unique roman de Serge Gainsbourg. Totalement inclassable… et plutôt dérangeant par son thème et son style !

 

Finalement, il ne me restait plus qu'à rencontrer le Docteur Gainsbourg et lui demander une consultation pour écrire des textes de chansons de son niveau. Et j'ai, enfin, rencontré l'artiste, fin Août 2005 à Paris ! Il buvait même un verre avec Hemingway… mais c'était au Musée Grévin ! Et il n'a pas voulu me répondre ! Était-ce le Docteur Gainsbourg ou Mister Gainsbarre ? Le génie ou sa créature ?

 

Références :

  • "Gainsbourg". Gilles Verlant (1994) Le livre de Poche 9704
  • "Dernières nouvelles des étoiles". Serge Gainsbourg (1994) Pocket 10037
  • "Evguénie Sokolov". Serge Gainbourg (1980) Folio 1643
  • "Gainsbarre. Les secrets de toutes ses chansons 1971-1991". Ludovic Perrin. Hors-Collection (2012)
  • Et deux excellents numéros hors-série des "Inrocks" consacrés à Gainsbourg, en 2001 et 2011.

 

Les Vieilles Canailles : un événement à l'image du "Rat Pack"

Victoires de la musique 2015 : séance de rattrapage #Musique #Chanson Francophone