La poésie est un genre qui date de l'Antiquité. Au départ, les arts tenaient lieu de poésie, puis l'apparition des vers s'impose comme la première caractéristique de la poésie. Auparavant, la métrique montrait la qualité d'une oeuvre poétique. Un poème était ciselé selon des règles mais la poésie contemporaine tend vers la liberté, soit encore en vers mais la métrique est moins précise, soit totalement libre et sans rime.

 

La poésie à l'heure actuelle tend vers une épuration des mots, on ne cherche plus à mettre de belles images mais plus singulièrement à montrer que le poème amène le lecteur dans un dédale de réflexions. C'était déjà le cas jadis, l'utilisation de métaphores trompait le lecteur non averti mais le lettré comprenait. Peut-être sans doute la difficulté de compréhension, de lecture, la métrique du poème classique en a fait un genre "paria". La poésie de nos jours est boudée du plus grand nombre, lecteurs, médias, libraires, bibliothèques.

 

Lorsque l'on demande par exemple à des lecteurs dits chroniqueurs littéraires, booktubers, etc. s'ils lisent de tout, beaucoup d'entre eux diront oui mais au final, ils délaissent en majorité la poésie, le théâtre, les essais, la philosophie, tous les genres moins "faciles" à lire et plus tendus vers la réflexion. Ils leur préféreront le genre surtout romanesque des #Livres commerciaux. La poésie est un genre mis à l'écart du circuit de l'édition. Quel dommage lorsque l'on constate le nombre croissant de poètes à l'heure actuelle... Le poète et la poésie en général sont-ils maudits ?

 

 

Méprisés pour quelles raisons ? Politique, économique ou littéraire ? Il est clair que la poésie se vend mal et se lit peu. Une peur peut-être, un désintérêt du beau, de la métaphore. Beaucoup de lecteurs se cantonnent à la facilité pour un moment de détente en oubliant la culture et de se cultiver. L'envie n'y est pas. La poésie ne se lit pas aussi de la même façon qu'un roman, parfois lue à voix haute ou lue de manière à rythmer son souffle. On ne lit pas un recueil de poésie d'une traite mais on le savoure progressivement et l'on peut revenir sur un poème de temps à autre.

 

L'émotion se palpe mot à mot, tandis que lire un roman c'est une histoire, s'évader et sortir de ce monde pour un plus long moment. Un roman est un univers fictif ou semi-réel dont la lecture plus appréciée se vend mieux. Cependant, on constate que beaucoup de critères rentrent en jeu dans les habitudes de lecture et au niveau des ventes : la diffusion, la promotion, les goûts des lecteurs professionnels ou amateurs, le nom de l'auteur connu ou méconnu. Il est clair qu'un auteur connu aura plus de facilité à vendre même un recueil de poésie rien qu'avec son propre nom.

 

Verlaine évoquait les poètes maudits mais les poètes sont-ils vraiment tous maudits ? La poésie risque-t-elle de disparaître au profit des autres genres et de la mode commerciale ? La poésie est peut-être maudite.

 

 

A quand une amende pour mégots ?

Une monstrueuse poubelle au paradis des chevaux #Internet #Paris culture