La Compagnie des Framboisiers boucle ce samedi 21 Mai ses représentations de L'Importance d'être Constant. Cette mise en scène de la pièce d'Oscar Wilde aura été un vrai succès, l'aventure ayant commencé au Off d'Avignon (en 2013, 2014 et 2015), puis s'étant poursuivie à Paris au Laurette Théâtre. Cette chronique ne vous conseillera donc pas le spectacle, mais pourquoi ne pas saluer la 150ème d'une jeune troupe ? L'Importance d'être Constant laisse le champ libre. La troupe – nombreuse – a su faire ses choix.

 

La pièce repose sur le formidable jeu de mot "The Importance of Being Earnest" qui est si bien servi par la trouvaille du "Constant", remplaçant dans la traduction française le "Ernest" anglais. Wilde développe toute sa satyre et ses mots d'esprits dans "cette #comédie triviale pour gens subtils". Servir le texte et les situations basées sur la double personnalité des deux personnages principaux (et sur leurs prénoms) suffit.

 

Le déroulé de cette satyre - misogyne, insolente et subtile à la fois - de la bourgeoisie victorienne appelle plus l'ironie que la moquerie : répercuter la force des (bons) mots doit être le brief. Il est respecté, et on passe un bon moment sans que le comique de situation du marivaudage ne soit outré, sans aussi que le jeu de miroirs que Wilde a fait jouer (à l'image des grandes expositions) ne soit vraiment repris. La simplicité choisie au détriment de la dualité de l'auteur, de son dessein de l'équivoque, ce n'est pas forcément un mal. Cette simplification est d'ailleurs un peu imposée par le raccourcissement de la pièce (troisième acte écarté) qui permet de tenir dans 1h45.

 

On rit sans chercher à imaginer autre chose que ce qui est dit. Les personnages ne sont pas surjoués. C'est peut-être le regret qu'on peut avoir. Ceux qui le sont – la douairière, la préceptrice, le révérend – amplifient la langue et lui donnent plus d'élan. "L'utopie peut être fantaisiste ou sérieuse".

 

Mais, au total, malgré de vraies inégalités entre la force de la présence en scène d'un acteur à un autre - la jeunesse de la troupe et son enthousiasme se paient -, la durée du spectacle est bien le reflet d'une bonne humeur et d'un entrain bienvenus.

 

Laurette Théâtre. 36 Rue Bichat, 75010 Paris

  #Paris culture #Humour