"Belleville Shanghai Express" est un petit thriller savoureux, où la plume de l'auteur sait nous happer sans pudeur. Comme son titre l'indique, l'histoire se déroule entre Paris, dans le quartier chinois situé à Belleville plus précisément, mais aussi aux alentours, et à Shanghai. Belleville, ce petit quartier de Paris qui, en d'autres temps, a vu naître de belles personnalités, telles que Maurice Chevalier ou Édith Piaf. Guy Marchand, Georges Perec ou encore notre Eddy national (Eddy Mitchell), y ont vécu, entre autres.

 

Belleville, un quartier qui fut maintes fois cité et honoré par les artistes de tous temps, comme le fit Eddy Mitchell en chanson, des auteurs dans certaines de leurs œuvres littéraires, comme Romain Gary avec "La vie devant soi" par exemple, ou Daniel Pennac dans "La saga Malaussène", des films y ont été tournés aussi, etc. Dans "Belleville Shanghai Express", il est question du destin de deux jeunes issus de communautés différentes, disons même divergentes, et qui, par leur rencontre, vont involontairement remuer de sombres histoires que tous autour d'eux croyaient bien enfouies dans les ténèbres du passé.

 

Line est chinoise, tandis que Vincent est métis, français par sa mère, vietnamien par son père. Une "banane" comme disent les proches de Line, parce que comme celle-ci, il est "jaune à l'extérieur, blanc à l'intérieur", et ça, ils n'approuvent pas ! Surtout Mr Li, le père de Line. Entre eux, un amour va prendre naissance, ce qui ne fera que contrarier les deux "clans". Nous échouons alors au cœur d'une mafia bien ancrée avec ses manigances peu recommandables, ses trafics en tous genres, et son lot de mensonges pour parfaire le tout.

 

Philippe Lafitte, de sa plume adroite, nous alpague sans douceur dans cette aventure poignante où l'on se demandera si l'amour entre les deux jeunes gens pourra triompher, mais ce n’est là qu’une interrogation parmi d’autres. Il y a des souvenirs qu'il vaut mieux parfois ne pas réveiller, mais il y en a d'autres qui, au contraire, doivent émerger des profondeurs passées pour permettre d'aborder la vie avec plus de sérénité. Et même si "On ne construit rien avec des souvenirs", en tout cas on peut toujours construire mieux. "Belleville Shanghai Express" est un petit bijou à côté duquel il ne faut absolument pas passer sans s'arrêter !

 

"Avenue des mystères" de John Irving

Essai : "Délire très mince", peut-être pas tant que ça ! #Livres #Lecture #Paris culture