La question que bien des auteurs détestent, mais à laquelle nous sommes tous un jour plus ou moins forcés de répondre, est la suivante : "L'écriture est-elle pour vous une thérapie ?". J'ai l'habitude de répondre qu'une thérapie, ça se fait chez un psy, en toute confidentialité, et non au vu et au su de tous, dans des #Livres à peine romancés où l'on exhibe autant ses chagrins que ses rancoeurs. Cependant, celui qui n'a pas vécu un minimum d'expériences humaines, celui qui n'a jamais su écouter en faisant preuve d'empathie, celui qui marche en gardant les yeux dans ses poches, ne sera jamais, à mon très humble avis, un auteur sensible et inspiré.

 

Il ne faut pas se leurrer : nos histoires, même les plus allégoriques, même les plus cachées sous des hectotonnes de métaphores, proviennent toujours, soit de notre vécu, passif ou actif, soit de notre ressenti. Le but du jeu étant alors de livrer un roman, un conte, un essai dans lequel le grand public pourra se retrouver, et dont il ne sentira pas (ou alors à peine..) à quel point nos récits sont personnels.

 

Nos héros ont toujours un "je-ne-sais-quoi" de notre propre personnalité, nos intrigues sont nourries de nos existences, de nos voyages intérieurs et de nos lectures, et nos fins, heureuses ou non, sont quelque part le point final d'un épisode rêvé, mais qui paradoxalement, est doté d'une grande véracité.

 

Pour ma part, je ne suis guère capable de décrire des lieux que je n'ai jamais visités... Quant à tous mes personnages, il y a toujours un peu de moi-même, mais aussi un peu des gens qui m'ont touchée, en bien ou en mal, et dont les particularités sont telles que de simples anonymes, ils se transforment en véritables héros. Mais là où je me livre à un certain tour de prestidigitation, dans chacun de mes livres et chacune de mes nouvelles, c'est que je lie un épisode purement imaginé à un fait réel arrivé à X pour finir le chapitre à un moment que j'ai réellement vécu.

 

On se demande alors où est la part de vrai et la part de faux, l'authenticité et le mensonge... Ma foi, je n'y répondrai pas ! Car à partir du moment où une épopée toute entière est couchée sur papier, quelles qu'en soient les sources d'inspiration, à mes yeux comme à ceux de mes lecteurs, ce qui est écrit devient une simple et pure vérité...

 

Les auteurs de fanfiction : des génies de l'écriture éparpillés aux quatre coins du monde

Pierre Duriot : un prof qui écrit et peint #Art #Romantisme